★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Mer 31 Juil - 19:44






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





Ce matin-là je me levai bien avant le lever du jour, je jetais un coup d’œil sur mon réveil : 4h30 du matin, c’était parfait je sortis du lit et enfilais mon vieux pantalon de jogging et ma veste de survêtement puis me glissai en silence hors de la maison. Târa était encore rentré tard et bien qu’elle ait le sommeil assez lourd je ne tenais pas à la réveiller et subir les foudres de sa colère. J’ouvris la porte avec douceur en espérant qu’elle ne se mette pas à grincer et me faufilait à l’extérieur, l’odeur de la forêt m’assailli instantanément et j’inspirai à fond pour me remplir les poumons de l’air de la nuit. Après quelques étirements je partis en petite foulées vers la ville, pour mon plus grand bonheur les rues étaient encore désertes, quoi de plus normal à cette heure matinale ? Les derniers clients des bars rentraient chez eux en titubant, je passais devant l’enseigne du Granny’s Dinner en me disant qu’il faudrait que j’y repasse un peu plus tard puis filai vers l’horloge et le cimetière. Je sentis bientôt la douleur de l’effort dans mes muscles aussi accélérais-je, combattre le mal par le mal, la douleur s’estompa à mesure que je filait à travers la forêt, je montais en haut de la colline juste à temps pour voir l’aube se lever et coloré le ciel de ses teintes dorées et rosées, je restai là un moment à contempler ce spectacle avant de repartir vers la maison. Je m’étirais une dernière fois pour éviter d’avoir des courbatures plus tard puis filais dans ma chambre et la salle de bains attenante, je me plongeai sous le jet d’eau chaude qui ôta la sueur de mon corps tout en repensant aux ébats qui avaient eu lieu ici même il n’y a pas si longtemps. Lorsque ma peau me brûla je passais une serviette autour de ma taille et sortit de la douche, je passai un boxer et mon vieux jean troué que j’adorai tant et terminai par un banal tee shirt noir très cintré. J’allais ensuite dans la cuisine et lançais la cafetière avant d’aller consulter mes mails, la boite ne contenait qu’un message du lycée annonçant le renvoi temporaire d’un élève … encore un ! L’odeur du café frais me chatouilla les narines, je me levais et allais m’en servir une tasse avant de me mettre devant la télé pour écouter les informations en sourdine. Vers 9h je pris mon portable et envoyai un texto à Louna

«  Mon amour, rendez-vous à 19 h chez moi ce soir,
Tenue habillée exigée »


Je m’extirpai du canapé et pris les clés de la voiture pour filer au Granny’s Dinner, j’attendis que Granny ouvre les portes, la saluait elle et Ruby avant de commander le petit déjeuner, en repartant je fis un signe de la main à Ruby qui me regardait par la fenêtre, dehors les rues s’éveillaient doucement je pris le chemin du market pour faire mes courses pour ce soir, j’avais l’intention d’offrir à Louna un repas digne de mes sentiments pour elle  et je comptais également sur l’occasion d’être seul tous les deux pour lui faire une demande en mariage en bonne et due forme car il faut bien se l’avouer, demander à l’élue de son cœur de devenir sa femme dans une cellule de prison n’est pas la plus romantique des situations. Je fis rapidement mes courses puis passais à la bijouterie pour récupérer la bague de fiançailles officielle que j’avais acheté pour cette occasion puis je rentrai à la maison, je servis le petit déjeuner sur la table basse du salon puis allais toquer à la porte de Târa, je passai ma tête par l’entrebâillement de la porte.

-Târa debout il est 10 h, je t’ai ramené un p’tit dej’ de chez Granny ce matin !

Un grognement me répondit et je m’esclaffais, il faudrait bien qu’elle se lève car je n’allais pas attendre qu’elle daigne se réveiller pour faire le ménage de la maison, tout devait être parfait pour ce soir. Quelques minutes plus tard la jeune femme sortit de sa chambre et grommela un bonjour à mon attention, pour ma part je me saisis de l’aspirateur et commençait à m’activer, il fallait que j’enlève tous les poils de Shakey, le chien de Târa que nous gardions un week end sur deux comme un enfant. Târa retourna rapidement se réfugier dans sa chambre pour fuir ma crise de ménage, deux heures plus tard j’avais terminé. Je pris un rapide repas tout en écrivant les menus que j’avais élaboré, je sortis ensuite nettoyer une petite table ronde, une fois propre je l’emmenais dans ma chambre et la plaçait dans la baie vitrée de ma chambre, ainsi quand la lune serait haute ce soir ma bien aimée Louna serait baignée par ses rayons… je mis une magnifique nappe rouge, et deux bougeoirs avant de disposer une vaisselle de circonstance. Il ne manquait plus que les fleurs et Louna pour couronner le tout.

Je me mis ensuite à la cuisine, je passai mon tablier autour de mes hanches et fit un rapide nœud pour le maintenir, Târa ressurgit et je me demandais si elle serait présente ce soir car cela chamboulerait mes plans, je lui posai alors la question de but en blanc.

-Je ne sais pas encore, on verra bien ce soir !

Cela ne m’arrangeait pas du tout, je lui expliquais alors mes projets pour la soirée et lui proposait de jouer les serveuses pour nous, je savais pertinemment que Târa allait la rejeter.

-Depuis quand j’ai une tête de serveuse ? Tu feras sans moi mon cher … Bon j’y vais le travail n’attend pas, bonne soirée romantique Bouclette !

Je lui fis les gros yeux pour l’utilisation de ce sobriquet puis me mit à rire peu m’importait du moment qu’elle n’était pas là ce soir, la soirée serait surement plus que bonne dans tous les cas puisque je serais avec Louna. Je levais les yeux vers l’horloge, je n’étais pas en avance, ôtant mon tablier je filais en ville acheter des roses rouges et blanches pour  Louna et revint pour me préparer.  J’enfilais mon plus beau costume, un ensemble noir et une chemise blanche que je laissais entrouverte pour ne pas faire trop stricte, j’entendis alors une voiture se garer devant la maison, j’allumais en hâte les bougies sur la table et vérifiai une dernière fois mon aspect dans un miroir tandis que Louna sonnait à la porte.

Dans ma tête je m’étais imaginé l’accueillir avec autant de sérieux qu’un maître d’hôtel mais ses résolutions partirent en fumée dès que je la vis, elle était magnifique, sans un mot je l’attirais à moi et l’embrassait avec plus de fougue que je ne le pensais, puis j’écartai mon visage du sien, le souffle court.

-Bonsoir mon amour, exceptionnellement pour toi ce soir, voici un diner en tête à tête préparer par ton plus fidèle admirateur et serviteur dévoué…

Je lui offris mon plus beau sourire, je respirai son parfum et me sentit enivré, je ne la quittai pas du regard, je la fis entrer et l’installai sur le canapé, devant la table basse où nous attendait deux coupes de champagne.


© Méphi.




repas:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Ven 2 Aoû - 14:28






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





Sa relation avec Will durait déjà depuis quelques mois et elle s'était fait à cette vie. Être avec une personne qu'on aime au plus profond de son coeur, changeait bien des données, comme toujours ne penser qu'au boulot, boulot... À présent elle se laissait quelque pause à penser à son beau brun et souvent son visage s'épanouissait. Ils avaient certes attendu bien des années avant de s'avouer leurs sentiments, mais cela leur avait été favorable, ils avaient pu grandir et réaliser leur rêve, maintenant ils ne leur restaient plus qu'à forger des rêves ensemble sans pour autant s'étouffer.

Ce matin-là, Louna était arrivée très tôt au journal bossant sur l'enquête de la disparition des orphelins, rien n'était clair et pourtant un mauvais pressentiment lui faisait présager, que ses enfants étaient tous faut heureux à ce moment précis. Depuis le temps qu'elle avait attendu ce moment d'enfin pouvoir faire ses preuves si une enquête sérieuse, elle ne devait surtout pas se louper et trouver ce qui leur était arrivé.

Cela ne voulait pas dire qu'elle avait mis de côté ses suspicions contre le docteur Lynch, mais par manque de preuve immédiate, cette affaire stagnait c'était pourquoi elle avait écrit un article pour trouver des témoins peut-être qu'une personne dans storybrooke pourrait savoir et lui livrer la vérité... Mais pour l'heure, elle continuait de lire ses notes sur les orphelins, interroger Carmen était la prochaine étape, mais il fallait seulement quelle voit Masha, surement dans la journée, pour préparer leur attaque. Après leur dernier périple dans la section psychiatrique, elles devaient se montrer encore plus prudente. Repensant à cette journée, elle sortit de son sac le papier codé qu'elle avait déchiffrée avec beaucoup d'heure de travail dessus, mais cela ne parlait que de doses de traitement et après vérification cela semblait normal, mais bon si elle avait une minute, un jour, certainement qu'elle irait les montrer à Archie, pour en avoir le coeur net.

Ce fut à ce moment-là que son portable se mit à biper, signe qu'elle avait reçu un message, le prenant en main, son sourire devint plus que lumineux en voyant de qui il venait, William !

«  Mon amour, rendez-vous à 19 h chez moi ce soir,
Tenue habillée exigée »

Qu'est-ce qu'il lui préparait ? Sa curiosité était piquée au vif, mais elle devait faire preuve de patience et donc au lieu de le questionner à la façon journaliste, elle lui répondit qu'elle serait au rendez-vous et qu'elle l'aimait. Savoir qu'elle allait passer la soirée avec son cher et tendre, lui faisait prévoir une bonne journée, il fallait juste qu'elle ne l'oublie pas comme cela peut arriver souvent. Tellement concentré qu'elle ne voit jamais l'heure passée. Bien décidée à être au rendez-vous, elle se décida de rester au journal jusqu'à 17 heures puis rentrer chez elle pour se trouver des vêtements.

Après une bonne journée de boulot, sans que sa grand-mère ne vienne interférer avec son obsession du mariage, elle se retrouvait face à son armoire, l'armoire qu'elle avait dans sa chambre au manoir et non dansindépendancece, car toute cette tenue habillée se trouvait ici, Louna avait tout de même assez de vêtements pour habiller tout storybrooke si elle le voulait et le pire certains ne servait même pas. Jetant robe l'une après l'autre sur le grand lit, elle trouva enfin son bonheur, une robe grise qui mettait ses formes en valeur.

Maquillée et habillée, elle quitta son ancienne chambre sans penser à ranger le fouillis qu'elle y avait mis, une sale habitude de l'ancienne princesse. Puis après avoir salué furtivement Esther, elle emprunta la voiture de celle-ci pour se rendre chez Will. Quelle idée aussi de vivre en plein foret ? Souvent elle y allait à pied ou avec Pivers, mais dans cette tenue ce n'était même pas envisageable.

Sonnant à la porte, la porte fut à peine ouverte qu'elle reste bouche bée devant son fiancé et elle n'eut pas l'occasion de dire un mot qui l'attira à lui pour gouter à ses lèvres, d'un baiser passionné. Bien qu'ils se soient vu la veille, il avait manqué à Louna ainsi que ses lèvres gouteuses.

-Bonsoir mon amour, exceptionnellement pour toi ce soir, voici un diner en tête à tête préparer par ton plus fidèle admirateur et serviteur dévoué…

Son sourire la fit frémir, tout en lui déposant un baiser sur sa joue, elle se laissa guider jusqu'à canapé, sur la table basse se trouvait deux coupes, Louna espérait vraiment qu'il n'y s'y trouve pas de champagne, depuis sa dernière cuite, elle voulait encore moins boire de l'alcool. Ne voulant surtout pas gâcher le repas, elle n'en fit pas part à Will.

- Oh Alberto est si Chou ! Quoi ce n'est pas lui, mon plus fidèle admirateur et serviteur dévoué ?

Alberto n'était nul autre que le cuisinier du manoir, un homme adorable qu'elle connaissait depuis sa petite enfance. Elle et Will adoraient ce taquiner ainsi, posant son sac près d'elle, elle attrapa la main du jeune homme.

- C'est parfait Will, vraiment parfait, mais c'est en quel honneur ?


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Ven 9 Aoû - 18:53






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





-Oh Alberto est si Chou ! Quoi ce n'est pas lui, mon plus fidèle admirateur et serviteur dévoué ?

Que venais faire le cuisinier du manoir dans la masse de travail que j’avais abattu aujourd’hui pour ma dulcinée ? Ca c’était un mystère, je regardais la femme de ma vie et la vit sourire, je compris illico presto qu’elle me taquinait et bien que cela me prit au dépourvu je lui fis un sourire éclatant avant d’entrer dans son jeu.

-Bien sûr tu ne l’a pas vu il est parti juste avant que tu n’arrive tu as sûrement dû le croiser sur la route …

Bien que je sache qu’elle plaisantait sa petite blague m’agaça quelque peu mais je tachais de ne pas le lui montrer sinon c’était prise de tête assurée et je ne voulais pas que cela vienne gâcher une soirée prometteuse comme celle si. Louna posa son sac près d’elle tandis que j’accrochais son manteau à la patère de l’entrée, elle s’assit et me prit la main, je passais tendrement mon pouce sur le dos de sa main, sa peau était si douce que j’en aurais presque pu oublier le dîner.

-- C'est parfait Will, vraiment parfait, mais c'est en quel honneur ?

- Est-ce qu’un homme à besoin d’une raison pour faire plaisir à la femme qu’il aime ?

Bien sûr que j’avais une raison et pas n’importe laquelle, refaire une demande en mariage en bonne et due forme était la plus magnifique des raisons pour un dîner aux chandelles. Je plongeais mon regard dans celui de Louna et la fixait un instant, se pourrait il qu’elle me dise non cette fois ci ? Je crus déceler quelque chose dans son regard qui me fit refouler cette idée de but en blanc non elle m’aimait autant que je l’aimais ça j’en était certain. De mon autre main je tendis son verre à Louna puis je pris le mien pour le lever un peu plus haut.

-Mais d’abord portons un toast ! A la plus belle femme au monde et notre prochaine union !

J’attendis qu’elle entrechoque son verre contre le mien avant de boire une gorgée, le liquide coula dans ma gorge tout en me réchauffant de l’intérieur bien sûr en présence de Louna j’avais très rarement froid mais cela me fit du bien et me donna un peu de courage. Je la fis patienter un moment tandis que j’allais chercher des amuses bouches, je les déposais devant elle sur la table basse, nous en mangeant quelques uns, je vis à son doigt l’anneau de fortune que je lui avais offert le soir de ma demande et je me jetais à l’eau.

-L’autre jour tu m’as donné le plus grand bonheur du monde en acceptant de m’épouser, mais j’estime n’avoir pas fait les choses dans les règles de l’art comme on dit.

Je la fis se lever du canapé et mis un genou à terre, je me sentais incroyablement idiot, stresser et heureux en même temps, un mélange d’émotions qui rendis mes mains tremblantes tandis que je plongeais mes doigts dans ma poche pour en ressortir le petit écrin qui contenait une preuve de mon amour pour Louna.

-Louna Nerys, la moindre minute sans toi à mes côtés est une véritable torture, je t’aime et je ne veux plus jamais être séparé de toi … bien sûr tout ne sera pas toujours rose mais je te promets que jamais je ne cesserai de t’aimer, j’aurais l’impression d’être un roi si tu acceptais (à nouveau) de devenir ma femme pour le restant de tes jours…

Tout en lui parlant, j’avais plongé mon regard dans le sien, j’essayais de lui transmettre dans un regard brûlant de désir tout mon amour pour elle, j’ouvris l’écris bleuté pour faire apparaître la véritable bague de fiançailles, c’était une fine bague en or blanc surmonté d’un diamant en forme de cœur, j’avais mis un prix exorbitant pour l’acquérir mais la femme qui était se tenait devant moi en valait vraiment la peine.

J’attendis le cœur serré d’impatience d’entendre sa réponse pour pouvoir me relever, diantre que cette position n’était vraiment pas facile à tenir et à supporter, une torture presque !


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Dim 18 Aoû - 11:13






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





- Est-ce qu’un homme à besoin d’une raison pour faire plaisir à la femme qu’il aime ?

Peu commune aux histoires d'amour, pour elle la réponse était oui, les hommes n'agissaient jamais sans raison d'après les direde sa grand-mère, que c'était dans leur nature. Mais Will était différent, elle pouvait le lire dans son regard. Ils étaient deux coeurs qui battaient l'un pour l'autre et s'entrelaçaient dans une danse infinie. Rester planter dans ses yeux, elle aurait pu le faire durant des heures, c'était en étant près de lui qu'elle réalisait le manque de ne pas l'avoir près d'elle dans la journée, mais le boulot restait un point essentiel dans sa vie. Son fiancé lui tendit un verre de champagne, ne voulant pas montrer qu'elle n'allait surement pas le boire, elle le saisit et rien que de savoir qu'elle tenait de l'alcool dans sa main, lui donnait la nausée, toujours pas remise de sa dernière cuite.

-Mais d’abord portons un toast ! A la plus belle femme au monde et notre prochaine union !

Ce genre de compliment la faisait toujours se sentir mal à l'aise, mais venant du jeune homme, elle ne pouvait trouver cela que charmant. Allant cogner son verre de champagne avec le sien, elle souffla :

- A nous !

Alors qu'il but une gorgée, elle s'abstint de le faire le gardant seulement en main, espérant trouver un moyen de se débarrasser de ce liquide, ni vu ni connu. Oui, il s'était donné tant de mal qu'elle ne voulait pas l'offusquer en refusant de boire. Mais avait-il oublié qu'elle ne buvait jamais ? Ni d'alcool ni de café d'ailleurs. Se connaissait-il assez bien pour s'unir à jamais, il était fréquent pour la journaliste d'avoir des doutes qui se dissipaient rien qu'en voyant son prince charmant.

D'ailleurs celui-ci avait filé vers la cuisine, s'installant sur le canapé, le verre de Will face à elle, un plan naquit dans son esprit, regardant bien qu'il n'arrivât pas, elle versa un peu de son verre dans le sien et espérait qu'il fasse beaucoup d'aller-retour pour lui donner tout le champagne en douce. Revenant avec des amuse-bouche, elle garda son visage de jeune fille innocente qui n'avait pas bougé d'un cil et goûta ce qu'il avait emmené, un vrai délice.

-L’autre jour tu m’as donné le plus grand bonheur du monde en acceptant de m’épouser, mais j’estime n’avoir pas fait les choses dans les règles de l’art comme on dit.

Pour le coup, elle avait du mal à le suivre, elle avait vraiment aimé sa demande de mariage et sa bague fait d'épingle à cheveux qu'elle portait toujours au doigt, une véritable preuve d'amour. Williams le fit lever et mit son genou à terre, le coeur de Louna bondissait de plus en plus fort, même si elle avait déjà vécu cette scène, l'émotion était toujours aussi euphorique. Elle le vit sortir un écrin de sa poche et s'arrêta sans vraiment le remarquer de respirer.

-Louna Nerys, la moindre minute sans toi à mes côtés est une véritable torture, je t’aime et je ne veux plus jamais être séparé de toi … bien sûr tout ne sera pas toujours rose mais je te promets que jamais je ne cesserai de t’aimer, j’aurais l’impression d’être un roi si tu acceptais (à nouveau) de devenir ma femme pour le restant de tes jours…

Des larmes coulèrent sur ses joues, les mots qu'ils avaient prononcés étaient si beau et elle ressentait la même chose pour lui, aimer quelqu'un de cette force était si troublant d'une certaine façon. À ce moment-là, il ouvrit l'écrin et la beauté de la bague étincela dans toute la pièce. La première pensée fut qu'il était complètement dingue, mais elle se devait de répondre à sa question, donc d'une voix tremblante, elle prononça :

- Oui, je le veux toujours et cela pour l'éternité !

Leur regard plongeait l'un dans l'autre, toutes les personnes qui pouvaient les voir, serait incapable de ne pas remarquer leur amour l'un pour l'autre. Tout doucement sa bague vint rejoindre la toute première et ce fut comme-ci celle-ci avait été fabriqué pour son doigt, allant à la perfection avec le caractère de Louna, d'une grande finesse et discrète, mais qui reformait un éclatant diamant. Levant la main, pour mieux l'observer...

- Elle est magnifique..

Elle n'arrivait pas à y croire et en observant le moindre centimètre conclut qu'elle ne devait pas être donnée. Williams avait fait une folie, mais elle n'allait pas préciser qu'il n'aurait jamais dû, ne voulant pas froisser sa fierté d'homme et surtout elle l'adorait.

Replongeant son regard dans celui de son prince charmant, elle ne mit pas longtemps à le rejoindre alors qu'il avait toujours un genou à terre, plaçant ses bras autour de son cou, elle vint coller ses lèvres sur les siennes, pour l'embrasser passionnément, faisant retomber toute la pression et surtout lié leur promesse d'amour éternelle par un somptueux baiser. Pour finir, elle colla son front contre le sien, captivant son regard et montant une de ses mains dans ses cheveux, aimant en sentir le contact.

- Même si ma grand-mère régit tout le mariage, mon plus grand bonheur sera de te rejoindre à l'autel. Éloignant légèrement la tête, un regard soucieux. Cela ne te dérange pas qu'on ne maîtrise rien du tout pour notre grand jour ?


© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Sam 24 Aoû - 11:43






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





Les larmes s’étaient mises à couler sur ses joues, je ne pouvais imaginer que ce soit des larmes de tristesse dans ce moment que je voulais magique, mais si elle avait changé d’avis ? Après tout je n’avais rien à lui offrir, pas d’argent, pas de perspective d’avenir extraordinaire… d’une voix tremblante d’émotion elle me réaffirma qu’elle voulait devenir ma femme et ce pour l’éternité. Une vague de chaleur et d’amour m’envahit, je sortis la bague de son écrin et la glissait avec tendresse à côté de la bague en épingle à cheveux que je lui avais faite en prison. Louna leva sa main pour contempler le bijou et inconsciemment je retins mon souffle en attente de son approbation, lorsqu’elle m’affirma qu’elle était magnifique je me détendis immédiatement.

Elle plongea de nouveau son regard dans le mien, alors que j’étais toujours à genou, je la contemplais sans me lasser, je n’arrivais pas à voir que j’allais me marier avec cette sublime femme qui me faisait face. Elle s’avança et passa ses bras autour de mon cou afin de m’embrasser avec passion, mes mains se mirent instinctivement à caresser son dos tandis que je répondais à son baiser. A bout de souffle elle colla son front contre le mien, je ne la lâchais pas des yeux comme si elle allait disparaître en un instant, elle me caressa les cheveux comme à son habitude ce geste paraissait tellement naturel et plein d’amour que je me mis à déposer des petits baisers dans son cou. Finalement je nous relevais et m’assit de nouveau dans le canapé, je l’attirai à moi et l’installait sur mes jambes, je passais mes bras autour de sa taille je n’avais rien besoin de plus qu’elle, elle était tout ce que je désirais au monde.

-  Même si ma grand-mère régit tout le mariage, mon plus grand bonheur sera de te rejoindre à l'autel.

Elle s’éloigna légèrement et me regarda d’un air soucieux, qu’est ce que pouvait la tracasser au point de plomber notre moment de bonheur ?

- Cela ne te dérange pas qu'on ne maîtrise rien du tout pour notre grand jour ?

Je la regardais la question la tracassais vraiment, c’est vrai que j’aurais aimer pouvoir choisir où aurait lieu le mariage et les couleurs des tables mais peu m’importait tant que j’étais avec Louna.

-Comme tu l’as dit toi-même mon plus grand bonheur sera de te rejoindre à l’autel. Peu m’importe de ne pouvoir choisir tant que je peux t’épouser. Et puis tant que le dragon s’occupe de notre mariage elle n’est pas entièrement sur notre dos, même si je t’avouerai que j’aurais aimer quelque chose de plus intime qu’un mariage en grand pompes avec toute la ville de réunie.

Malgré mon passé de rebelle je n’avais jamais vraiment aimé attiré l’attention sur moi, je n’aimais pas sentir le poids du regard des gens dans mon dos et je savais que j’allais devoir en passer par là au mariage. J’allais épouser la fille d’une des familles les plus riches de Storybrook cela ne pouvait pas passer inaperçu, il y aurait des journalistes, des personnes de haut rang avec de l’argent plein les poches…. J’attirais Louna dans mes bras et posai ma tête sur la sienne pour l’apaiser je ne voulais pas qu’elle redoute notre union je voulais que ce soit parfait pour elle, pour son bonheur. Je nous voyais déjà vivre ici loin de ce monde fou du centre ville.

-Et puis quand nous serons mari et femme et que tu quitteras le manoir pour venir vivre ici tu n’auras plus à t’inquiéter de ce que ta grand-mère pourra dire, nous serons enfin ensemble …

Je souris en y songeant oui cela serait parfait, Louna et moi ici, sans personne pour nous juger ou nous dire quoi faire et avec bientôt je l’espérais une petite famille autour de nous.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Mar 27 Aoû - 18:31






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





Prendre une décision sans vraiment réfléchir à toujours des conséquences, bonne ou mauvaise. Reste à savoir, s'il est possible de surmonter ce qu'on a créé, s'il sera possible entre Louna et William de se met d'accord sur leur futur. Bien qu'il soit tous les deux décidés de vivre leur futur ensemble et à se marier, jamais le mot "avenir" n'avait été mentionné dans leur discussion, non cela ne tournait qu'autour de leurs retrouvailles, de leur amour et de leur mariage, mais pas plus loin. Était-ce, de la peur ou de l'insouciance ? Ou alors pensait-il qu'une telle symbiose existait entre eux qu'il serait forcément d'accord ? Voilà beaucoup de questions que le jeune couple devait répondre avant de lier leur vie à jamais.

Pour l'heure, William venait de refaire une demande en mariage, lui offrant une bague splendide, elle n'en revenait pas, il l'avait totalement prise par surprise, sans attendre et les larmes aux yeux, sa voix tremblante avait prononcé un oui puis sa promesse qu'elle l'aimerait pour l'éternité, tout cela, sceller par un baiser passionné.

À présent, elle se retrouvait sur les genoux de jeune homme, lui-même installé sur le canapé. Que demander de plus ? Il était la personne qu'elle avait toujours rêvé d'épouser depuis son enfance. La seule ombre sur son bonheur, restait sa grand-mère, pas qu'elle la rendait malheureuse, mais elle s'inquiétait que son fiancé n'accepte pas que ça soit Esther qui dirige tout le mariage, Louna n'avait pas eu le coeur de lui dire non au grand mariage qu'elle avait toujours rêvé de préparer pour l'un de ses enfants, surtout que ni Alec, ni Amaury ne s'étaient mariés. Oui, elle était la seule à pouvoir lui apporter ce petit instant de joie, tant que William, sa famille et ses amies étaient là, Louna était de capable de surmonter toutes les crises, même les siennes quand sa grand-mère devient beaucoup trop envahissante avec ses préparatifs du mariage.

Soucieuse, elle préféra demander à William si cela le gênait, car si elle se devait de supporter les siens, lui pouvait estimer, que c'était beaucoup trop, même si d'une certaine façon en l'épousant, il devait bien se dire qu'il épousait aussi sa famille.

-Comme tu l’as dit toi-même mon plus grand bonheur sera de te rejoindre à l’autel. Peu m’importe de ne pouvoir choisir tant que je peux t’épouser. Et puis tant que le dragon s’occupe de notre mariage elle n’est pas entièrement sur notre dos, même si je t’avouerai que j’aurais aimer quelque chose de plus intime qu’un mariage en grand pompes avec toute la ville de réunie.

Tout en disant cela, il l'avait emmené encore plus à lui, posant sa tête contre la sienne. C'était dans ses moments là qu'elle savait, oui elle avait fait le bon choix. Il fallait vraiment quelqu'un de courageux pour tolérer sa famille, même elle, ne se voilant pas la face, elle n'était pas la personne la plus parfaite du monde et rien que son côté bourreau de travail ne plaisait pas à tout le monde, surtout à certaine de ses amis qui aimeraient la voir sortir un peu plus. Rassurée, elle pensait qu'à présent leur rendez-vous romantique se passerait à merveille, mais il ne fallut pas plus que quelques secondes pour que ses plans tombent à l'eau.

-Et puis quand nous serons mari et femme et que tu quitteras le manoir pour venir vivre ici tu n’auras plus à t’inquiéter de ce que ta grand-mère pourra dire, nous serons enfin ensemble …

Ce fut un choc, sa phrase se répétait dans sa tête comme un raisonnement sans fin. De quoi parlait-il ? Avait-elle vraiment compris ? L'esprit de la journaliste partait dans tous les sens. Éloignant sa tête de celle de son beau brun, son regard semblait perdu dans une sorte de vide, enfin des mots purent sortir de sa bouche, ceux qui se répercutaient dans sa tête, ceux qui l'avaient misent dans cet état.

- Ensemble..Ici ?

Une réelle panique apparut sur son visage, ainsi qu'une tristesse inexpliquée. Jamais Louna avait pensée quitter le manoir, elle aimait être entourée de sa famille parfois étouffante, elle se sentait protégée et cela avait toujours été sa vie, est-ce qu'en se mariant, elle devrait perdre tout cela. D'accord c'était normal pour certain, mais la perspective de partir, l'effrayait. La journaliste n'avait pas encore pris son indépendance et elle s'en sentait encore incapable, même si d'un certain côté elle savait se débrouiller seule, savoir qu'elle avait juste à traverser le jardin pour retrouver le manoir était ce qui lui permettait d'être si forte, elle venait de comprendre que l'essence de son courage n'était nul autre que sa famille, des personnes qui ne l'ont jamais abandonnée et c'était comme les trahir de s'installer ailleurs.

- Je ne peux pas quitter le manoir, pas maintenant, pas si vite, je dois m'occuper de Moïra et de ma famille aussi ! Ne me demande pas de venir vivre dans cette maison, au milieu de la forêt...

Quittant ses genoux d'un bond, elle lui en voulait, d'avoir prétendu qu'elle viendrait vivre chez lui. D'où il avait le droit de prendre la décision pour elle ? Elle tenait à sa liberté, elle n'était pas qu'une poupée, les femmes avaient le droit de vote, elles avaient lutté pour obtenir ce droit et ce n'était plus à elle de se plier aux exigences de leur moitié. Serrant les bras, elle prononça d'une voix qui porta vers l'aigu, preuve de son mécontentement.

- Pourquoi serait-ce à moi de déménager ?



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Mer 18 Sep - 19:04






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





A peine avais-je terminé ma phrase que Louna sa tête de la mienne, elle ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais rien ne sortit, son regard était perplexe et j’avais l’impression qu’elle était anxieuse et désorientée, avais-je dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? Je la fixais du regard tout en lui caressant le dos, je ne voulais pas qu’elle s’éloigne ainsi de moi.

- Ensemble..Ici ?

C’était donc ça, un sourire de soulagement vint fleurir sur mon visage elle était simplement inquiète de quitter le manoir. C’est vrai qu’elle y avait tous le confort d’une princesse et que ma maison était modeste mais cela serait parfait pour nous et Târa, car je n’avais pas franchement l’intention de la foutre à la porte pas après ce qu’elle avait vécue. Le visage de Louna prit un air de panique réel, mais que lui arrivait –il ? N’était il pas normal que je veuille qu’elle vive avec moi lorsque nous serons mariés ?

-  Je ne peux pas quitter le manoir, pas maintenant, pas si vite, je dois m'occuper de Moïra et de ma famille aussi ! Ne me demande pas de venir vivre dans cette maison, au milieu de la forêt...

Cette maison, l’utilisation de ce terme comme si mon logement était une misérable tanière me refroidit, je n’aimais pas me disputer avec Louna et pourtant je sentais que ma romantique soirée tournait au vinaigre alors que tout aurait dû être parfait. Ma compagne quitta d’un bond mes genoux et un sentiment de solitude énorme m’envahit, je voulais qu’elle reste sur mes genoux, dans mes bras tout le temps. Je levais les yeux vers elle et je sus immédiatement qu’elle m’en voulait, je le savais rien qu’en regardant ses yeux et à ses sourcils froncés signe de son intense réflexion, autant lorsqu’elle travaillait je trouvais cela attendrissant autant à cet instant cela m’inquiétait au plus haut point. Lorsqu’elle sera ses bras autour d’elle et que j’entendis sa voix monté dans les aigus je sus que je pouvais dire adieu à ma soirée romantique en tête à tête, elle était fâchée contre moi…

-  Pourquoi serait-ce à moi de déménager ?

-Eh bien je ne sais pas mais tu me vois vraiment venir vivre dans le manoir ? Je ne me vois pas me lever le matin et saluer ton oncle comme si nous étions des amis de longue date.

Non vivre dans le manoir n’était absolument pas envisageable, je me mit sur mes pieds et commençais à m’approcher de Louna, je sentais mes mains trembler sous la colère qui montait en moins, bien sûr je ne lui aurais jamais fait de mal ni même lever la main sur elle mais je me méfiais de me réaction aussi je m’éloignais d’elle et me mit à faire les cents pas dans le salon.

-Tu nous imagines sous le regard acéré de ta grand-mère ? Non le plus simple c’est que tu vienne vivre ici, je sais que tu n’aime pas la forêt mais je t’assure qu’il y fait bon vivre …  et je n’aurais pas l’impression de vivre à tes frais, je ne suis pas riche mais pas au point de vivre comme un assisté ! et puis songe aussi à Tara que va-t-elle devenir sans moi ?

Oui Tara, je ne pouvais décemment pas la laisser à l’abandon, même si c’était une adulte elle n’en restait pas moins qu’elle savait difficilement prendre soin d’elle et je ne vous parle pas de la maison qu’elle laisserait à l’abandon tant elle serait prise par son travail. Je tournai le dos à Louna et me laissai glisser au sol contre le canapé, si bien qu’elle ne devait sûrement plus me voir, je pris ma tête entre mes mains et soupirais de dépit.

-Pourquoi faut il que tout soit toujours si compliqué entre nous ?



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Ven 20 Sep - 21:10






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





Tout avait si bien commencé, William avait sorti le grand jeu en lui prévoyant une jolie surprise, la redemander en mariage en lui offrant une superbe bague. Mais dans toutes bonnes choses, une part d'ombre subsiste toujours, attendant le moment propice pour faire son arrivée, celle-ci s'enflamma d'abord dans le coeur de Louna qui allait être sous le choc d'une phrase pourtant anodine pour certain. Comment pouvait-il être si certain qu'elle allait venir s'installer dans sa maison. La journaliste ne comprenait pas d'où lui venait cette certitude, jamais elle n'avait fait mention de cette perspective d'avenir et d'ailleurs avec tous les tracas du mariage, n'avait pas pensé à cette éventualité. Sauf que jamais elle ne se serait permis de décider d'où vivre sans en discuter avec lui, alors qu'il est certain vu le ton employé, qu'il n'avait aucun doute, sur le fait, que leur vie se fera dans sa maison.

Aucun de deux se seraient imaginés en venir à lever la voix. Pourtant, cela serait bien ce qui les attendait, sans attendre Louna s'était levée pour s'éloigner du jeune homme. Bras serrés, prouvant qu'elle était mécontente, elle se sentait bouillir de l'intérieur et fit obliger à éclaircir la situation, sa voix allait vers les aigus accentuant sur le fait que Will allait passer un mauvais quart d'heure. Pour finir, elle lui demanda sans aucun tact pourquoi cela serait à elle de déménager. C'est vrai d'où c'était à la femme de s'installer chez son mari.

-Eh bien je ne sais pas mais tu me vois vraiment venir vivre dans le manoir ? Je ne me vois pas me lever le matin et saluer ton oncle comme si nous étions des amis de longue date.

Alors, pourquoi tout de suite, il venait à penser à son oncle, beaucoup de voisins ne se voyaient quasiment jamais. S'il ne voulait pas l'effort de s'incorporer à sa famille, soit ! Mais qu'il ne la prenne pas pour excuse pour éviter de s'installer chez elle. Lui-même, finit par se lever, elle pouvait voir qu'il s'énervait et pourtant au lieu de calmer le jeu, elle continua sur sa lancée.

- Je te signale, que je ne vis pas au manoir, mais dans l'indépendance, donc tu ne croiserais pas mon oncle tous les matins.

Son côté journaliste venait de prendre le dessus en lui rétorquant une vérité qu'il ne pourrait pas contredire. S'il pensait pouvoir gagner, c'était qu'il la connaissait très mal pour elle, c'était lui qui allait déclarer forfait, car elle ne changerait pas d'avis même en voyant les mains de l'homme qu'elle aime trembler sous la colère, elle le défia du regard, pour finir il s'éloigna pour faire les cent pas dans le salon, alors qu'elle resta sur place à le regarder.

-Tu nous imagines sous le regard acéré de ta grand-mère ? Non le plus simple c’est que tu vienne vivre ici, je sais que tu n’aime pas la forêt mais je t’assure qu’il y fait bon vivre …  et je n’aurais pas l’impression de vivre à tes frais, je ne suis pas riche mais pas au point de vivre comme un assisté ! et puis songe aussi à Tara que va-t-elle devenir sans moi ?

Ses paroles lui restèrent entre la gorge, le regard acéré de sa grand-mère ! Assisté ! L'avenir de Târa, bon encore ce dernier point elle l'aurait compris si elle avait été calme, sauf qu'elle ne l'était pas et une pointe de jalousie la parcourue n'arrangeant en rien la situation. Le jeune homme s'arrêta d'un coup pour se laisser glisser contre le sol, cacher par le canapé, elle ne pouvait plus le voir quand il soupira :

-Pourquoi faut il que tout soit toujours si compliqué entre nous ?

Il se fichait totalement d'elle, non mais il croyait qu'en faisant la victime cela allait l'attendrir peut-être, il n'avait pas fini de s'expliquer et cela elle allait lui faire comprendre, sans pouvoir attendre une seconde de plus, sa voix ne changea pas de ton on pourrait même dire qu'elle s'accentuait davantage.

- Compliqué ! Tu fais des projets sans m'en parler avant, comme si en m'épousant tu allais contrôler ma vie.

Elle ne serait pas une de ces femmes qui attendaient sagement que leurs maris rentre le soir, celle qui élèvent leurs enfants, préparent un manger. Surement qu'il lui demandait pas d'être ainsi, mais pour le coup elle ne savait plus quoi penser. Attrapant un torchon qu'elle trouva à porter de main, elle le balançait vers la direction ou se trouvait William, c'était son petit truc bien à elle quand la colère fusait, les objets volaient dans la pièce.

- Tu me parles de Târa, ferais-tu passer le bonheur de ta meilleure amie avant le mien ? Je te vois déjà me rétorquer tu fais la même chose, sauf que moi Moïra est mineure.

S'il s'agissait de préférence, il n'avait qu'à épouser Târa et elle resterait vivre avec Moïra, c'était comme une soeur et surtout une personne sur qui elle veillait qu'elle voyait chaque soir en rentrant, dont elle avait besoin d'entendre la voit pour être rassuré, contrairement à William, jamais la jeune fille l'avait abandonnée et fait souffrir. Bien sûr, elle aimait le professeur de sport, bien plus que de raison d'ailleurs, mais elle ne lui avait jamais demandé de venir l'interpeller ce jour-là en pleine forêt, ni de venir la rejoindre en prison. Il lui avait dit l'aimer, mais si cela était vrai ne ferait-il pas d'effort pour concilier leur vie comme elle s'évertuait de le faire, en se concentrant beaucoup moins sur son travail, l'avait-il au moins remarquer ?

- Jamais je ne la laisserais et me dis pas qu'elle vienne venir vivre ici, sa vie est au manoir, comme tu dis si bien nous ne sommes que des assistés après tout, rien besoin de faire, tout est fait pour nous. Mais tu crois quoi... Ces personnes ont besoin de travail, tu serais ravi de voir quelqu'un faire le tien à ta place ?



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Lun 23 Sep - 22:08






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





La voix de Louna monta encore plus dans les aiguë elle était maintenant réellement en colère et tout ca pour quoi ? parce que ne voulait pas comprendre que je ne voulais pas vivre dans le manoir. Je repassais dans ma tête pour comprendre pourquoi tout cela avait aussi vite dégénéré.

- Compliqué ! Tu fais des projets sans m'en parler avant, comme si en m'épousant tu allais contrôler ma vie.

Je me remis sur mes pieds d’un bond ca c’était trop fort, jamais je n’avais prétendu vouloir la gouverner c’était un électron libre je le savais et c’est ainsi que je l’aimais, d’où pouvait lui venir l’idée que je voulais la contrôler ?

[b]--Il me paraissait normal d’envisager que ma future femme vive avec moi, et je n’ai jamais cherché à te gouverner Jamais ! Ne viens pas me jeter sur le dos cette perfide insinuation ! Mais qui as dit que je te contrôlais bon sang ?!

Louna se saisit d’un torchon qui trainait et me le balanca en pleine figure, je le rattrapai d’un geste prompt et lui lançait un regard étincelant de colère, je perdais le contrôle et je n’allais plus répondre de rien si la situation ne se calmait pas un peu.

- Tu me parles de Târa, ferais-tu passer le bonheur de ta meilleure amie avant le mien ? Je te vois déjà me rétorquer tu fais la même chose, sauf que moi Moïra est mineure.

Alors la j’étais sidérée qu’elle utilise Moïra pour m’attendrir, surtout que je détestais cette gamine, elle m’avait clairement fait comprendre qu’elle ne m’aimait pas mais je m’en fichais tant que tous ce passait bien avec Louna mais là s’en était trop.

[b]--Parlons-en de Moïra ! Cette petite peste me déteste et tu me ferais vivre dans le même endroit qu’elle ?Crois-tu que je sois naïf au point de dire amen à tout ce que tu vas dire ? J’ai mes propres volontés et je n’entends pas me laisser dicter ma conduite qui je le sais n’est pas irréprochable mais toi non plus ! Et pour Târa non je ne la ferais jamais passer avant toi, mais elle reste ma meilleure amie et elle compte sur moi !

J’étais en rage je hurlais plus que je ne parlais, je pensais vaguement au fait que d’habiter en forêt nous permettait de nous engueuler sans ameuter tout le voisinage et le sheriff Swan.  L’entente était-elle possible je cherchais à toute vitesse de nouvelles propositions à faire à Louna pour essayer de dédramatiser la solution mais elle était tellement en colère que je craignais de ne pas y arriver avant qu’elle ne claque la porte de la maison et rentre chez elle.

- Jamais je ne la laisserais et me dis pas qu'elle vienne venir vivre ici, sa vie est au manoir, comme tu dis si bien nous ne sommes que des assistés après tout, rien besoin de faire, tout est fait pour nous. Mais tu crois quoi... Ces personnes ont besoin de travail, tu serais ravi de voir quelqu'un faire le tien à ta place ?

Cette dernière remarque me refit monter la moutarde au nez ! C’était tellement facile !

[b]--Mais bien sûr le méchant William se prend pour le centre du monde ? mais que connais tu de la misère toi qui à toujours vécu dans l’opulence ? Que sais-tu des malheureux êtres qui se débattent pour seulement arriver à manger une fois dans la semaine ? Rien car tu as toujours à profusion de nourriture sur ta table ! Mais le travail n’est pas la question, je me fiche royalement de ton argent et de qui tu payes pour faire quoi, ce n’est pas la raison de cette dispute à ce que je sache !

Oui elle avait changé de sujet, elle était très forte pour cela et aussi pour retourner la situation sur moi mais ca je pouvais m’en accommoder, je serais les poings et inspirai un grand coup en fermant les yeux. Quand je les rouvris je regardais Louna avec moins d’animosité dans le regard qu’avant oui essayer de baisser le ton pour arriver à se comprendre et à échanger. Je fis quelques pas et allais me rasseoir dans le canapé, je fis un signe à Louna pour qu’elle en fasse autant mais si je pensais que c’était peine perdue dans l’état de fureur où elle était.

[b]--Oublions nos familles et nos amis un moment veux-tu ? dis-je d’une voix plutôt posée. Que veux-tu toi ? Veux-tu que l’on achète un appartement en ville pour y vivre ainsi tu pourrais voir Moïra au manoir et moi je viendrais voir Târa ici ? Est-ce que c’est ça que tu souhaites ? Dis le moi car je ne supporterais pas de te perdre pour cette broutille ….

Voilà je lui avais fait une proposition de compromis maintenant la balle était dans le camp de Louna soit elle se calmait un peu et acceptait d’écouter cette idée, soit elle se remettait à me hurler dessus et à me balancer des choses à la figure, dans les deux cas j’étais certain que je n’hausserais plus la voix sur elle je l’avais fait une fois et c’était déjà beaucoup trop à mon goût !


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Lun 30 Sep - 8:14






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





Tout comme l'amour est passionnel, il est de même pour une dispute, le jeune couple ne faisait rien à moitié, autant destiner à se battre pour leurs convictions que pour leur amour, cela avait toujours été ainsi, même dans la forêt enchantée, ces deux personnes ont un caractère bien trempé qui peut très souvent faire des étincelles. À la base, Marianne savait camoufler son envie de crier, mais Louna ne se rappelait plus de son ancien vécu et ne pouvait donc pas se canaliser aussi bien surtout quand il s'agissait de Will. Était-ce encore une sorte de protection après qu'il lui est brisé le coeur une première fois ? Avait-elle peur de le voir reprendre ses mauvaises habituées ? Elle se disait que non, mais les lois du coeur sont bien étranges et il lui est impossible de pouvoir tout à fait le contrôler.

Will venait de se remettre debout à croire que la dernière phrase de Louna l'avait fait réagir, il prétendait ne pas vouloir la contrôler, mais qu'il était normal qu'il vive ensemble. La journaliste n'avait jamais remis ce sujet en question, mais c'était le lieu où ils les voyaient vivre qui la gênait. Elle aurait voulu avoir une discussion avant d'entendre de sa bouche qu'elle viendrait vivre chez lui. De toute façon, elle se trouvait sur une piste glissante et sa crise d'hystérie était loin de s'être calmé, après lui avoir balancé un torchon en pleine figure, elle lui parla de Târa, de son impression qui la passait avant elle et ce fut le choc quand il prononça le nom de Moïra, d'accord elle n'était peut-être pas facile, mais elle comprenait que celle-ci la protège, c'était ainsi entre elles et rien ne pourrait jamais briser leur lien. Puis n'était-ce pas lui l'adulte ? Il était professeur de prof, alors supporter des adolescents faisait partie de son quotidien, Louna avait tendance à oublier qu'ils n'étaient guère plus vieux, cela ne faisait pas si longtemps qu'ils avaient quitté le lycée, des adultes qui venaient tout juste de rentrer dans la vie active.

À présent, son fiancé criait et aucun des deux semblait vouloir se calmer, non ils étaient emportés par cette fougue et les dernières paroles de la brunette ne firent qu'envenimer les choses.

[b]--Mais bien sûr le méchant William se prend pour le centre du monde ? mais que connais tu de la misère toi qui à toujours vécu dans l’opulence ? Que sais-tu des malheureux êtres qui se débattent pour seulement arriver à manger une fois dans la semaine ? Rien car tu as toujours à profusion de nourriture sur ta table ! Mais le travail n’est pas la question, je me fiche royalement de ton argent et de qui tu payes pour faire quoi, ce n’est pas la raison de cette dispute à ce que je sache !

Pour le coup, elle fut blessée, s'il y avait bien une chose pour laquelle elle s'était battue c'était pour les plus démunis, alors insinuer qu'elle n'y connaissait rien semblaient lui dire que son association n'était qu'un leurre. La colère retomba d'un coup, pour laisser place à la tristesse, sa voix reprise sous ton normal, mais les mots qu'elle allait prononcer rester tranchante.

- À mon avis, j'ai dû y penser plus que toi, car pendant que tu faisais mille et une connerie, moi je me battais pour ce genre de personne et c'est toi qui as parlé de l'argent de ma famille en premiers lieux.

Le jeune homme avait les poings serrés et ferma les yeux quelques secondes, le regard de Louna ne perdait en rien de la blessure qu'il lui avait causée. Alors, quand celui-ci s'installa sur le canapé en lui faisant signe de la rejoindre, il fut hors de question pour elle de faire un pas vers lui, non elle estimait avoir parlé avec son coeur et lui avait finalement attaqué sur un sujet qui lui tenait beaucoup.

[b]--Oublions nos familles et nos amis un moment veux-tu ? Que veux-tu toi ? Veux-tu que l’on achète un appartement en ville pour y vivre ainsi tu pourrais voir Moïra au manoir et moi je viendrais voir Târa ici ? Est-ce que c’est ça que tu souhaites ? Dis le moi car je ne supporterais pas de te perdre pour cette broutille ….

Ce ne fut pas toutes ses questions qui la ramenèrent à la raison, mais bien sa dernière phrase, elle non plus, ne supporterait pas de le perdre, il était l'amour de sa vie, celui pour qui elle respirait chaque jour. Elle n'oubliait en rien tout ce qu'il avait dit, mais s'il était près de faire des concessions, elle aussi.

- Ce n'est pas un désaccord qui me fera m'éloigner de toi. Je suis désolée de mettre emporter...

Toute la tension de son corps avait disparu, à présent elle s'en voulait d'avoir agi ainsi, jamais elle aurait dû hausser la voix, il fallait mieux rester calme pour s'expliquer, qu'exploser, car une explosion apporte toujours beaucoup de dégâts. Son air devint plus doux, pourtant son coeur saignait toujours comme si celui-ci voulait lui rappeler qu'il y avait encore quelque point à éclaircir, mais pour une fois Louna ne l'écouta pas, elle préférait arranger la situation. Par contre, au lieu de s'installer sur le canapé, elle préféra se rapprocher de lui.

- Ton idée n'arrange en rien la situation, Moïra sera seule à l'indépendance et Târa ici. Il faudrait qu'on partage trois jours chez moi, trois jours chez toi et un jour chacun chez soi.

Son plan paraissait totalement loufoque, sauf que c'était bien le seul qui pourrait convenir à tout le monde. Non, il y avait que cela de possible, pensant qu'elle devait tout de même le rassurer, elle s'installa sur ses genoux, passant ses bras autour de son cou, pour plonger ses yeux dans les siens.

- Ça paraît peut-être étrange, mais on ne doit pas non plus aller trop vite, ce n'est pas parce qu'on serait marié, qu'on a besoin d'avoir notre maison à nous, on a toute la vie pour la construire. Alors qu'en penses-tu ?



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Mer 2 Oct - 19:35






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





- À mon avis, j'ai dû y penser plus que toi, car pendant que tu faisais mille et une connerie, moi je me battais pour ce genre de personne et c'est toi qui as parlé de l'argent de ma famille en premiers lieux.

Comment lui rappeler en douceur que j’avais moi-même vécu dehors quelques temps pendant que je faisais les conneries qu’elles évoquaient. Mais j’avais senti que je l’avais blessé rien qu’au ton qu’elle avait utilisé elle semblait lasse à présent. Lorsque je lui fit signe de s’installer à mes côtés sur le canapé elle ne bougea bien sûr pas d’un pouce mais lorsque je lui demandais ce qu’elle voulait réellement et que je ne voulais pas la perdre à nouveau il me sembla qu’elle me regarda différemment comme si j’avais réussi à l’atteindre à travers sa colère.

- Ce n'est pas un désaccord qui me fera m'éloigner de toi. Je suis désolée de mettre emporter...

Elle s’excusait une chose assez rare pour elle qui me toucha au plus profond, je sentis mon regard s’adoucir tendit que je levais les yeux sur elle, le masque de colère de son visage s’effaça pour devenir plus doux même si dans ses yeux je pouvais lire qu’elle était quand même blessée, elle fit quelques pas vers moi mais ne s’installa pas sur le canapé elle restait debout et cela me frustrait.

-C’est de ma faute excuse moi, j’aurais dû t’en parler avant de sauter à mes propres conclusions sans prendre en compte tes désirs, je suis vraiment navré.

Une tristesse énorme m’envahit tendit que je prononçais ses paroles, je m’en voulais tellement, comment avais je pu laisser la situation dégénérée à ce point ?  Cependant le fait qu’elle me dise qu’elle ne s’éloignerait pas de moi, fit comme si on passait du baume sur mon cœur meurtri

- Ton idée n'arrange en rien la situation, Moïra sera seule à l'indépendance et Târa ici. Il faudrait qu'on partage trois jours chez moi, trois jours chez toi et un jour chacun chez soi.

Tout d’abord cette idée ne plaisait guère car cela voudrait dire que je passerai un jour sans celle qui me permettait de vivre entièrement, puis sans dire un mot et pour mon plus grand bonheur elle vint s’installer sur mes genoux et passa ses bras autour de mon cou, oui voilà où était ma place et la sienne, dans les bras l’un de l’autre pour l’éternité. Je plongeai mon regard dans celui de Louna et mes doutes s’envolèrent en un instant, pourquoi nous disputions nous alors que nous nous aimions tant ?

- Ça paraît peut-être étrange, mais on ne doit pas non plus aller trop vite, ce n'est pas parce qu'on serait marié, qu'on a besoin d'avoir notre maison à nous, on a toute la vie pour la construire. Alors qu'en penses-tu ?

-Mais nous l’aurons un jour n’est ce pas ? Notre maison à nous ? Je ne me vois pas vivre toute ma vie en alternant comme cela c’est une solution provisoire pour moi, et je comprend que tu t’inquiète pour Moïra mais comprend bien que jamais Târa ne passera avant toi, tu es toute ma vie à présent et tu es la seule femme que j’aurais jamais et que je veux garder à mes côtés, ca ne changera pas je te le promets !

Je lui transmit toute la force de mon amour pour elle dans un baiser qui scellait en même temps le pacte concernant notre logement, je me fis plus brutal que je ne l’avais voulu mais j’avais besoin de la sentir contre moi et je la serrais dans mes bras avec force. Puis je me détachais d’elle et lui fit un sourire que je voulais ravageur, je la déposai délicatement sur le côté et parti dans la cuisine et je constatai l’étendu des dégâts, dans notre altercation j’avais complètement oublié que j’avais mis le plat principal au four et il était maintenant carbonisé !

-Le repas est brûlé, dis-je en souriant de plus belle. Je suis navré mais nous devrons nous contenter de dessert ce soir ! .

J’apportai alors le plateau rempli des minis gâteaux et en prit un dans mes mains pour l’apporter aux lèvres de Louna, j’attendis qu’elle en mange un bout pour le finir.

-Et si nous continuions cette discussion dans la chambre ?

Je lui tendis la main en signe d’invitation non dissimulée, une réconciliation définitive sur l’oreiller voilà qui me semblait prometteur après ce début de soirée désastreux, j’espérai sincèrement que Louna serait réceptive à ma demande car j’avais un énorme besoin de la sentir contre moi quitte à ce qu’il ne se passe rien de plus.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   Ven 4 Oct - 17:46






Louna ☋ William

☊Nul ne sait ce que l'avenir nous réserve...





Pour toutes disputes, il fallait souvent prononcer de simple excuse pour que tout s'arrange, rien que quelque mot comme pardonne-moi et le tour était joué. Ce n'était pas grand-chose, mais pourtant certains étaient incapables de les prononcer, ressentait trop de fierté pour s'abaisser à ce genre de confidence. Fort heureusement, les jeunes couples étaient très vite arrivée au moment de regretter leur parole, surtout le ton employer, car il y a différents moyens pour dire ce qu'on l'on pense avec des mots plus ou moins doux. Une phrase qui a le même sens peut-être pris différemment, rien que par la porter de la voix.

La journaliste alla s'installer sur les genoux de son fiancé, mettre ses bras autour de son cou, une jambe de chaque côté. Elle adorait cette position qui lui rappelait leur premier vrai baiser et tous les autres qui avaient suivi. Leur histoire était semée d'embuche et pourtant ils avaient réussi à les surmonter et se retrouver. Elle venait de trouver le plan parfait pour qu'il puisse vivre ensemble, elle espérait que cela convienne à son homme, car autrement, elle ne savait pas comment il pourrait se sortir de cette affaire sans laisser Târa ou Moïra, seules.

-Mais nous l’aurons un jour n’est ce pas ? Notre maison à nous ? Je ne me vois pas vivre toute ma vie en alternant comme cela c’est une solution provisoire pour moi, et je comprend que tu t’inquiète pour Moïra mais comprend bien que jamais Târa ne passera avant toi, tu es toute ma vie à présent et tu es la seule femme que j’aurais jamais et que je veux garder à mes côtés, ca ne changera pas je te le promets !

L'éclat de ses yeux s'étincelait, elle l'aimait se voir rassurer par ses paroles, pour elle les mots avaient tellement de pouvoir, il pouvait rester en mémoire à tout jamais. Jamais, elle aurait dû douter de sa sincérité, mais face à Will, il lui arrivait souvent de péter un plomb. L'amour pouvait la rendre totalement hystérique. Elle ne voulait pas souffrir à nouveau, alors elle imaginait que toute cette hystérie provenait surement du trop-plein de protection derrière lequel elle se protégeait et aussi et surtout de son amour qui voulait trouver un moyen de se manifester...

- Bien sûr qu'on aura notre maison rien qu'à nous...plus tard... Je t'aime !

Il était ce qu'elle avait de plus cher, celui pour laquelle elle se sentait prête à affronter sa peur de partager sa vie avec quelqu'un, de tout partager sans contrainte, même si pour le moment, elle avait encore du mal avec ce dernier point. Pour finir, Will l'embrassa et leur dispute se trouvait à présent loin derrière eux, pouvoir le sentir si près la rassurait, même quand il se mit à la serrer fermement. Répondant à son sourire qui avait surement fait fondre plus d'une fille, le jeune homme la déposa sur le canapé pour filer vers la cuisine.

-Le repas est brûlé. Je suis navré mais nous devrons nous contenter de dessert ce soir ! .

Au moins, lui savait cuisiné contrairement à elle. Très vite, il emmena le plateau de minis gâteau, dont un qu'il apporta à la bouche de la brunette. Celui-ci se trouvait bien délicieux, mais elle n'eut pas forcément le temps de le savourer que William lui proposer une nouvelle alternative pour leur fin de soirée.

-Et si nous continuions cette discussion dans la chambre ?

Louna lui attrapa sa main, pour pouvoir le suivre. Il savait ce qu'il avait en tête, en pensant que sa grand-mère la pensait encore vierge, elle aurait sans doute de l'urticaire en apprenant que sa petite-fille n'avait pas attendu le mariage comme prévu. Se collant à lui, elle avançait en marche arrière et plongea ses yeux dans ceux de son hors la loi.

- Discuter, est-ce vraiment ça que tu as en tête ?

Il n'eut pas besoin de répondre, le baiser qui suivi répondit à la question, petit à petit des vêtements tombaient au sol et ils se retrouvèrent tous les deux au lit pour évacuer toute la pression de leur dispute.


© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna   
Revenir en haut Aller en bas
 

Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dîner aux chandelles pour plan d'avenir - Will & Louna
» Ce que l'avenir nous réserve
» table de jeu 100% naturelle
» Blake-Ne revivez le passé que s’il vous sert à construire le futur.
» Assassinat des frères Jumelle. Regarder le passé pour construire l'avenir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-