Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 « Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: « Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.   Mar 30 Juil - 16:41



Flame & Shadow


Storybrooke, petite bourgade supposément tranquille du Maine, théâtre permanent des frasques de ces anciens personnages de contes de fées ayant oublié leur passé. Privés de leurs véritables souvenirs, intimement persuadés que l'existence qu'ils mènent est la seule qu'ils aient jamais vécue, la plupart des habitants de cette ville perdue en pleine forêt vivent donc comme n'importe quel autre citoyen du monde. Comme eux, ils ont un travail qui paie plus ou moins bien ; comme eux, ils possèdent une famille et des amis ; comme eux, ils ont parfois besoin de décompresser...

Après une longue semaine à restaurer des reliques celtique au musée en collaboration étroite avec l'horripilant bijoutier de la ville, Chrissie n'avait qu'une seule envie : fêter la fin de cette coopération tendue avec Hopkins en bonne compagnie. Ainsi, elle avait laissé un message sur le répondeur d'Azael pour le prévenir qu'elle rentrerait tard ce soir-là. Il n'avait pas répondu, une fois de plus, mais ce n'était certainement pas cela qui stopperait la rouquine ! Après avoir donné rendez-vous à Emilia pour vingt heures à son bar préféré, elle était passée au Granny's pour se commander un sandwich. Il fallait dire qu'elle avait fait exprès de terminer le boulot particulièrement tard aujourd'hui, dix-neuf heures trente en l’occurrence, pour éviter de repasser à l'appartement. Si elle avait le malheur de mettre un pied chez elle avec l'intension de ressortir, nul doute qu'Az userait de toutes les ruses imaginables pour qu'elle reste là. En effet, le magicien avait un peu de mal à la savoir dehors à s'amuser sans lui, bien que, de son côté, il ne se gênait pas pour en faire autant... C'est pourquoi l'archère usait de ce petit stratagème lorsqu'elle prévoyait de sortir, cela lui évitait de se disputer avec l'arnaqueur et, par conséquent, d'être de mauvaise humeur en rejoignant ses amies !

Chrissie était pile à l'heure lorsqu'elle poussa la porte du bar. Il y avait du monde, ce soir, et les habitués étaient plus ou moins avachis sur les tables et les coins du comptoir qu'ils s'étaient appropriées plus ou moins officiellement. Des visages que l'on croisait plus rarement dans cet établissement étaient également présents et, Storybrooke étant une petite ville, l'héritière McAllister connaissait la plupart des personnes présentes. Elle-même ne s'accordait pas beaucoup de soirées du genre et faisait donc partie de la masse de gens que l'on était surpris de croiser dans un tel endroit. Prenant place le long du comptoir, elle commanda un cocktail puis jeta un coup d’œil à l'horloge accrochée au mur. Emilia était en retard de dix minutes, ce qui ne lui ressemblait pas vraiment ! Étrangement, au moment même où l'ex-princesse se fit cette réflexion, son portable se mit à sonner. Au bout du fil, l'infirmière blonde lui expliqua qu'une urgence à l'hôpital l'avait amenée à assurer le service de nuit et que, par conséquent, elle ne pourrait pas la rejoindre comme prévu. Le coup de fil ne dura pas très longtemps, Emilia étant appelée à rejoindre le bloc opératoire au plus vite.

En rangeant son téléphone dans son sac à main, la demoiselle aux cheveux de feu poussa un soupir. Bon... Voilà qu'elle se retrouvait seule, au final. Balayant la salle du regard, elle hésita quelques secondes : devait-elle annuler ses projets et rentrer ? Le barman lui amena sa commande à cet instant précis, aussi Chrissie décida de rester un peu, au moins le temps de boire sa consommation. La jeune femme se détendit un peu, laissant la musique que l'établissement diffusait en fond sonore imprégner ses tympans jusqu'à la faire doucement osciller en rythme sur son tabouret. Visiblement, le spectacle qu'elle offrait faisait sourire le barman car il revint bientôt vers elle avec un second cocktail "offert par la maison" quand le premier verre de la rouquine fut vide.

▬ Merci, c'est gentil !

Elle lui adressa un sourire un peu sceptique. S'il lui offrait toutes ses consommations, elle n'allait sûrement pas s'en plaindre, mais croire que Chrissie McAllister ne reconnaissait pas une manœuvre de drague quand elle en voyait une était mal la connaître ! Elle nota mentalement le nom du barman sur la liste des personnes à garder à distance et reporta son attention sur le reste de l'assistance, elle commençait à rentrer dans l'ambiance des lieux et finalement, seule ou non, elle comptait bien décompresser !

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.   Dim 18 Aoû - 18:18



I punish you with pleasure and pleasure you with pain


Il existait peu de choses qui énervaient Azael Selis. Lui le versatile, l'indifférent, l'égoïste, l'égocentrique Azael, celui qui ne s'interdisait rien et s'autorisait tout, ne supportait pas ou plus qu'elle disparaisse si tard dans la nuit...Il y avait comme un gout d'amertume dans sa bouche, comme une douce violence qui se frayait un chemin tel un poison dans ses veines. Un simple message sur son répondeur, un simple message vu trop tard qui l'agaçait fortement. Cette manie qu'elle avait de s'éclipser à peine le dos tourné, sachant pertinemment qu'il l'aurait retenue à l'appartement s'ils s'étaient croisés, le contrariait sans qu'il ne sache réellement pourquoi. Chrissie McAllister était une jeune femme indépendante qui ne supportait pas de se voir dicter sa conduite ni par sa famille, ni par Azael. Ce dernier ne cherchait pas à l'empêcher de vivre, non, mais seulement à la manipuler, en bref, à la posséder ! La rousse ne se laissait pas faire et, paradoxalement, c'était ce caractère bien trempé qui attirait tant l'arnaqueur.
Après un aprés-midi passé chez sa cousine à lambiner telle une larve sur son canapé pourrie en compagnie d'une Maddhen passionnée par le dernier soap opéra à la mode, Azael était rentré vers dix-huit heures, escaladant le mur jusqu'à la fenêtre de sa belle comme toujours, pensant trouver une Chrissie fraîchement sortie du boulot et prête à lui faire à manger dans la joie et la bonne humeur, heureuse de recouvrer l'homme qui la faisait fantasmer pendant ses longues heures seule au musée en tête à tête avec une vieille momie égyptienne. Au lieu de ça, il découvrit un appartement vide et glacial sans la moindre pizza dans le four ni le moindre petit mot coquin, seulement un message vocal très bref de Chrissie lui disant qu'elle rentrerait tard. Les heures passèrent et sa patience s'ébranla au fur et à mesure que son estomac criait famine.

- Chrissie t'es où ? Tu dis que tu rentres tard mais t'aurais pas une fourchette d'heures parce que j'ai super faim et le four il est vide et...la pizza dans le frigo est glacée, je ne peux pas manger ça, je vais me casser une dent...Luz m'a viré avant de manger comme quoi j'aurai volé ses carottes ou je ne sais quoi, alors que c'est bouboule qui les a toutes mangé, je l'ai vu...Franchement tu me laisses ce soir là...CHRISSIE ?? Allé répond....Je suis sure que tu fais la fête, c'est pas bien de pas partager ! Allééé répond...rééééééponddd...lalalala...Chri...

Une voix féminine à l'appareil lui répliqua que son temps de paroles venait d'être dépassé et que le message était envoyé à sa destinataire. Azael grinça des dents et jeta de rage son portable sur le lit avant de se passer une main sur le visage. Quelque chose clochait ! Depuis quelque temps il était difficile d'accepter de la voir ailleurs que dans cet appartement. Lui pouvait disparaitre pendant des heures sans se soucier de quoique ce soit mais PAS elle, non pas elle ! Tout devenait si compliqué...Petit à petit Chrissie s'était immiscée dans sa vie si bancale ou bien était-ce l'inverse, quoiqu'il en fut, ils ne passaient pas une journée ou une nuit sans se voir. Le fait qu'elle veuille sortir sans lui faisait naitre au plus profond de son âme un symptome jusqu'alors inconnu dont il n'imaginait pas encore l'existence : la jalousie.

Azael Selis était jaloux ! C'était un fait et n'importe qui aurait pu s'en rendre compte même si certains diraient que pour être jaloux, encore fallait-il savoir aimer. Si Azael aimait c'était d'une façon bien ingrate.
Le jeune homme observa un peu autour de lui, s'assit sur le bord du lit et réfléchit longuement aux alternatives qui s'offraient à lui. Il pouvait trés bien finir le paquet de chips, "emprunté" à Tara tout à l'heure alors qu'elle était en planque devant une grosse baraque en plein centre ville. Il n'aurait qu'à laisser un message à Chrissie pour qu'elle lui ramène des sushis ou un kebab peu importe. Ou alors...il pouvait tout aussi bien fouiner dans l'appartement, repérer les affaires que son "amie" avait pris avec elle avant d'aller travailler et en déduire le genre d'endroit où elle était en ce moment précis. C'était honteux ! Violer l'intimité de la jolie rousse en fouillant sa penderie c'était tout à fait...INGENIEUX ! Azael bondit sur ses pieds et ouvrit en grand les portes du placard...

- Hum...sa chemise habillée est là...donc pas de dîner chez papa-maman. Sa robe sexy, aussi...ouf ! Ah toi, je vais te cramer ! Dit le beau brun en tenant en l'air le vieux pyjama canard de son amante.

Le reste de ses affaires, il ne les connaissait pas trop, le magicien était loin d'être un maniaque des fringues de nanas, néanmoins, il remarqua la disparition d'une certaine paire de chaussures noires, une paire très rarement utilisée qu'elle ne sortait que lorsqu'elle "voulait prendre de haut tous ces crétins qui croient que je suis à leurs pieds !". L'ex sorcier haussa un sourcil et donna un coup de pied pour refermer la penderie, furieux. Chissie était dans un bar, il en parierait tout ce qu'il possédait !

Dégringolant les marches à vive allure, il n'emporta avec lui que son manteau noir pour se protéger du froid de février. Une fois dehors, l'homme s'avança d'un pas déterminé dans la nuit noire qui envahissait les rues de Storybrooke. Il était 23h15, les gens étaient rentrés chez eux depuis bel lurette, et seuls ceux qui cherchaient à fuir leurs ennuies déambulaient dans la petite ville tels des fantômes, s'arrêtant devant des vitrines mal éclairées. Pour un vendredi soir, il n'y avait pas foule, et seul l'un des bars semblait particulièrement animé. Une musique entraînante s'élevait accompagnée de rires enivrés. Lorsqu'il passa les portes de l'établissement, l'un des serveurs lui fit un signe de la main, on reconnaissait facilement les habitués dans cette bourgade paumée au milieu de nulle part. Azael ignora royalement les appels d'un Walgrim particulièrement éméché à l'autre bout de la salle et zieuta les lieux autour de lui. Pas de traces de sa rouquine préférée. L’ex-sorcier haussa les épaules soulagé et amorça même un geste pour se diriger vers la sortie... jusqu’à ce qu’il entende un rire familier au fond de la salle. Là, perchée sur le comptoir du bar, entourée par une grappe de gros pervers assis sur les tabourets, profitant du spectacle, se dandinait une Chrissie pied nue et hilare.

- AZAZAMAEL…j’voulais *hic* te dire…elle danse ta copinee…*BAM*

Azael fronça les sourcils et laissa Walgrim, qui s’était approché de lui, s’effondrer sur le parquet collant, un verre dans une main, la bouteille dans l’autre. Il y eu des cris de victoires et deux hommes taillés comme des taureaux virent récupérer le nain ivre mort. Le petit homme souriait dans son coma, sans doute venait-il de perdre encore un pari. Mais l’heure n’était pas aux jeux d’argent. Pour Az’, Chrissie occultait tout le reste. Tous ces chiens galeux autour d’elle, leurs regards malsains sur elle, leurs fantasmes dégueulasses qui pouvaient se lire dans chacun de leurs yeux, le mettait dans une colère noire. Ils n’avaient pas le droit, non, ils n’avaient pas le droit parce qu’elle était à lui, c’était sa propriété qu’elle le veuille ou non !!! Il s’avança précipitamment vers le comptoir, l’air menaçant, poussa l’un des types de son tabouret et attrapa le bras de sa dinde rousse qui dansait maladroitement devant lui. Le magicien l’attira sèchement vers lui pour la faire tomber et la rattrapa dans ses bras.

- Tu t’amuses bien ? Tu veux te foutre à poil devant eux pendant que tu y es ! Lui-dit il d’une voix glaciale, un ton qu’il ne prenait jamais avec elle d’habitude, à croire que bien des choses changeaient ces temps-ci.

- Hé oh ! Tu n’vas pas te la garder pour toi quand même ! Répliqua le barman en tendant le bras par-dessus le comptoir, espérant se saisir de la manche de la jeune femme. Azael réagit alors au quart de tour et agrippa le bras de l’homme pour qu’il s’avance avant de se saisir de sa chemise, le couchant à moitié au dessus du bar.

- Ecoute Blondie, tu la retouches avec tes sales pattes, j’te jure que j’te défonce la tê…AÏE CHRISSIE HÉÉÉÉ ! Son petit speech aurait pu être terrifiant si la jolie rousse ne venait pas de sauter sur le dos d’Azael en hurlant « BASTON » à travers la salle. Bizarrement, cette annonce résonna à l’oreille de tous les saoulards du coin qui trouvèrent l’idée amusante et commencèrent à frapper leur voisin le plus proche. Ceci amorça donc une joyeuse bagarre dans tout le bar.

- Nom d’un chien, Chrissie…T’AS BU ? ET SANS MOI EN PLUS ! Azael fit descendre la conservatrice du musée de son dos et l’éloigna un peu de la folie ambiante. L’observant de haut en bas, il secoua la tête, mécontent, et ne se priva pas de lui faire sentir sa mauvaise humeur.

- Allé prend vite ton manteau, on s’en va ! Annonça-t-il, totalement dépité, tout en la maintenant sur ses deux pieds.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.   Dim 27 Oct - 15:24



Flame & Shadow


Chrissie n'était pas ce qu'on pouvait appeler une grande buveuse. À vrai dire, si elle ne tenait pas bien l'alcool, c'était partiellement du au fait qu'elle avait du attendre très longtemps pour pouvoir "officiellement" obtenir le droit le consommer, bien qu'il lui fût déjà arrivé de boire en cachette lors de fêtes improvisées avec ses amis. Ainsi, elle n'avait pas eu le temps de prendre ses marques avec l'alcool quand le reste de sa génération maîtrisait déjà la chose et, refusant de passer pour une has-been, la rouquine avait choisi de faire semblant d'être expérimentée et, bien souvent, elle ne savait pas s'arrêter de boire avant de franchir le cap de l'ivresse.

Ce soir-là, bien qu'elle fût seule au bar, elle s'était laissée avoir, une fois de plus, par le piège de l'alcool. Elle ne savait plus exactement comment elle en était arrivée là ni combien de verres avaient suffi pour qu'elle perde la notion de la bienséance mais toujours était-il que l'héritière McAllister vivait sa soirée à fond, présentement debout sur le bar en train de se dandiner plus ou moins en rythme. Sa tête tournait, elle était pieds nus sur la planche de bois verni toute poisseuse d'alcool, mais elle riait. Oui, Chrissie s'amusait comme une petite folle, elle exorcisait toute la pression de ces derniers mois, toutes les angoisses et les craintes que sa vie lui imposaient, tout s'évaporait au fil de ses mouvements suaves, comme si sa danse était une forme de transe salvatrice pour son esprit.

Absorbée par sa propre hilarité, la belle ne tenait pas compte de la bande de pervers qui s'était rassemblée autour d'elle pour encourager le spectacle. Son public, donc, ne l'intéressait pas le moins du monde à cet instant précis, au même titre que le reste de l'univers. Le bruit ambiant n'était qu'un chuchotement qui ne parvenait pas à couvrir la musique, du moins c'était la manière dont elle le percevait... Et puis, subitement, tout s'écroula. Brutalement tirée vers le bas, la rouquine trébucha et se sentit tomber dans le vide. Son cœur fit un bond dans sa poitrine, la panique compressa sa cage thoracique, sa tête se mit à tourner de plus belle... Et elle atterrit dans les bras d'Azael.

▬ Tu t’amuses bien ? Tu veux te foutre à poil devant eux pendant que tu y es !

Le contenu de son discours arriva quelque peu embrouillé aux oreilles de Chrissie, et cette dernière était partagée entre l'absurde hilarité que sa chute provoquait en elle et le mécontentement de voir que quelqu'un avait osé interrompre sa soirée durant la meilleure partie de celle-ci qu'elle souriait au magicien tout en ayant les sourcils froncés : une belle grimace, en somme !

▬ Danse avec moi, Zazuuuuu !

Mais le principal intéressé ne semblait pas être d'humeur à se dandiner au rythme de la musique diffusée dans le bar car il la déposa au sol pour toute réponse, ignorant la requête de la restauratrice. Haussant les épaules, la belle tira la langue en direction de son squatteur favori avant de recommencer à se dandiner doucement. Peut-être que si elle se concentrait assez sur ses mouvements, elle parviendrait à retrouver la sensation de plénitude qui l'avait habitée quelques minutes plus tôt ! Mais c'était sans compter sur son fameux public qui profita de l'intervention d'Azael pour interférer dans la transe de la rouquine. Ainsi, le barman tendit la main en direction de l'héritière, sans doute pour l'aider à remonter sur le bar, mais il n'eut jamais la chance d'atteindre Chrissie qu'un arnaqueur furieux s'interposa entre la jeune femme et l'employé du Rabbit Hole. Intriguée, la demoiselle aux cheveux de feu cessa de se dandiner pour observer les deux hommes s'affronter à coup de testostérone. Ses grands yeux ronds restèrent fixés sur le visage du magicien pendant quelques secondes avant de laisser la place à un regard espiègle qui, sur le visage d'une McAllister ivre, ne laissait rien présager de bon, en particulier lorsque ce regard s'accompagnait d'un petit sourire malicieux...

▬ BASTON !

Le cri de l'employée du musée raisonna en écho à travers tout le bar et, visiblement, remporta un franc succès auprès des clients : aux quatre coins de la salle, des bagarres se déclenchaient dans un fracas de rires, de hurlements masculins et d'objets brisés. Chrissie, quant à elle, avait sauté sur le dos d'Azael et laissa échapper un petit rire amusé devant le spectacle chaotique qu'elle venait de provoquer. Malheureusement pour elle, la seule personne présente qui ne semblait pas s'amuser autant que les autres n'était autre que l'arnaqueur sur lequel elle avait jeté son dévolu. La faisant descendre de son perchoir, il l'entraîna vers le coin le plus tranquille de la pièce dans l'unique but de lui passer un savon.

▬ Nom d’un chien, Chrissie…T’AS BU ? ET SANS MOI EN PLUS !

La rouquine fronça le nez, elle ne voyait pas pourquoi il se mettait dans un état pareil : elle l'avait prévenu qu'elle rentrerait tard ce soir et qu'elle serait occupée à danser debout sur le bar... Enfin non, peut-être qu'elle ne lui avait pas expliqué les détails de son programme, mais tout de même, elle lui avait sûrement dit qu'elle comptait boire ! Adoptant une mine boudeuse, elle croisa ses bras sur sa poitrine, ce qui la fit légèrement vaciller sur le côté. Se murant dans un silence emprunt d'arrogance, elle le fixait avec un regard mi-noir mi-suppliant, une pointe de provocation éclairant ses iris d'un bleu glacial.

▬ Allez prend vite ton manteau, on s’en va !

Certes, Azael était la seule chose qui permettait à Chrissie de rester debout en cet instant précis mais, à ces mots, la rouquine ne put s'empêcher de faire un pas en arrière pour se dégager de l'emprise du magicien. Titubant dangereusement, elle fut chanceuse de rencontrer un mur sur lequel appuyer son dos. Une fois plus ou moins stable, elle essaya de pointer un doigt accusateur en direction du squatteur de son appartement mais, étant donné qu'elle en voyait deux, elle hésita un peu pour choisir lequel se trouvait être le vrai Zazu.

▬ Non, je reste ici ! C'est ma soirée, tu-toi-tu pars si tu veux !

Ses balbutiements dus à l'alcool n'ébranlaient pas son ton autoritaire, même si sa voix était beaucoup plus aiguë qu'à l'ordinaire. Posant un regard supérieur sur l'arnaqueur, elle posa ses mains sur ses hanches en signe de détermination et ne réalisa même pas qu'elle était en train de glisser tout doucement le long du mur...

▬ Tu ne pourras jamais me faire bouger !

Et cette exclamation aurait sans doute fait son petit effet si, une seconde plus tard, Chrissie ne s'était pas retrouvée avachie sur le sol, résultat inévitable de sa dégringolade progressive contre la paroi...

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.   Mar 1 Avr - 0:52



I punish you with pleasure and pleasure you with pain




▬ Non, je reste ici ! C'est ma soirée, tu-toi-tu pars si tu veux !

Ce qui aurait pu être divertissant, comique ou cocasse, selon le point de vue, n'était en réalité que pitoyable et grotesque ! Chrissie, sa jolie rousse bourgeoise qui lui faisait si bien la morale toutes les fois où il rentrait éméché de soirées fortement arrosées, glissait le long du mur derrière elle, totalement ivre et faussement déterminée à enquiquiner la vie de l'ex sorcier en déclarant vouloir rester dans ce bar miteux aux côtés de tous ces mecs aussi avinés qu'elle.

▬ Tu ne pourras jamais me faire bouger ! Ajouta-t'elle sur un ton de défi tout en finissant sa course par terre, incapable de rester debout sur ses propres jambes, ce qui accentuait encore plus le ridicule de la situation.

- Lamentable...Murmura Azael devant ce triste constat. Le beau brun ne pu s'empêcher de lancer un regard mi-blasé, mi-agacé à son "amie-trés-intime". En effet, il n'était pas dans les habitudes de l'arnaqueur de venir récupérer une jeune femme saoule dans un bar pour la ramener de force chez elle, encore moins de prendre soin d'elle ou même de seulement s'inquiéter pour elle. Il n'était pas non plus dans ses habitudes de supporter une seule seconde le caprice qu'elle lui faisait pour rester...Non, Azael était le genre d'homme à ne jamais se soucier des autres et devoir se battre contre la volonté de quelqu'un pour son propre bien était un acte à marquer d'une pierre blanche. Néanmoins, depuis quelque temps ce "quelqu'un" se nommait Chrissie McAllister, et pour une raison jusqu'alors inconnue ou presque, il semblait contraint à de nombreux et profonds changements dans ses...habitudes !

- Ok, c'est bon ! Reste là à végéter contre ton mur ! Tu me saoules !Cracha alors Azael en maudissant le jour où il avait croisé cette rousse incendiaire. Il ne pouvait pas l'obligée à rentrer car il n'avait aucune envie de la trainer dans les rues tel un boulet, de surcroit extrêmement bruyant, et totalement hors de contrôle. Après tout, Chrissie était une grande fille, elle saurait se débrouiller seule, il n'avait pas l'intention de jouer le rôle du chevalier servant venu soutenir sa belle aux bois bourrée. Toutefois, les cris autour d'eux et le soudain regain de violence dont faisait preuve certains clients eu l'effet d'adoucir quelque peu l'amertume d'Azael. Une grimace d'exaspération vint animer son visage tendu lorsqu'il se détourna de l'héritière McAllister pour aller se frayer un chemin à travers les différents groupes de bagarreurs enragés, afin de récupérer le manteau de la demoiselle, à présent étendu sur le sol et piétiné aux grès des combats. Au fond de lui, le jeune homme ne s'était pas résolu à laisser Chrissie au beau milieu de cette pagaille, l'idée qu'il puisse lui arriver quelque chose de grave lui semblait insoutenable, ainsi, il se convint qu'il serait préférable de la sortir d'ici et de la laisser cuver sur un trottoir...Telle serait la limite à sa compassion !

Malheureusement pour lui, et heureusement pour elle, c'était sans compter la jalousie presque maladive qu'éprouvait à présent Azael à chaque fois qu'un homme osait côtoyer d'un peu trop prés sa "chose". Ce sentiment virulent lui fit immédiatement changer d'avis, quant au plan qu'il comptait appliquer, lorsqu'en revenant vers le lieu où il avait laissé sa belle, deux hommes étaient en train de lui porter secours en la relevant comme ils le pouvaient, l'un deux allant même jusqu'à l'enlacer avec une familiarité douteuse. Sans l'expliquer, ce geste eu don de faire bouillir de rage Az' qui s'empressa de rejoindre la jeune femme, repoussant ses soit-disant bienfaiteurs avec une sécheresse presque bestiale et tirant Chrissie avec poigne jusqu'à l'extérieur du bar sans lui laisser le temps de protester.

Il la détestait...il détestait ce qu'il devait faire...ce qu'elle l'obligeait à devenir...Il détestait ses cris, la résistance qu'elle mettait dans chacun de ses pas...Il détestait devoir s'inquiéter pour elle, l'imaginer avec un autre que lui, un autre qui oserait la toucher, l'embrasser, sentir sa peau velouté sous ses doigts, son parfum...Entendre son rire mais aussi l’intonation cinglante dans sa voix lorsqu'il la pousserait à bout...Il ne supportait plus l'idée qu'elle puisse attirer tous les regards sur son corps comme l'avait aidée cette petite robe rouge indécente autrefois. L'Azael séducteur et indifférent aux charmes de son amie n'était plus, plus depuis des mois...Il croyait posséder Chrissie alors que c'était elle qui s'emparait de lui insidieusement, se fondant toujours plus profondément dans les méandres de son coeur sans vie...

- Bordel Chrissie....tu pourrais faire un effort !

L'ex-sorcier jeta un regard dédaigneux à la jeune femme dont il tenait toujours le bras avec force. Cette dernière avait bien du mal à le suivre, incapable d'avancer un pied devant l'autre sans perdre l'équilibre, Azael devait la soutenir au moindre pas sous peine de la voir défaillir. Perdu dans ses pensées meurtrières envers tous les hommes présents dans ce "putain-de-bar-à-la-con", il en avait presqu'oublié que la jolie rousse était ivre morte et qu'il était bien difficile pour elle de rentrer à l'appartement dans ces conditions. Dégouté par l'attitude de l'héritière qu'il qualifiait d'égoïste, alors que lui-même se comportait comme le pire des goujat, Azael laissa Chrissie s'effondrer sur le trottoir, accompagnant tout de même le geste pour amortir la chute. Le beau brun se passa une main sur le visage, dépité. S'il n'écoutait que son instinct, il se serait éloigné en un quart de seconde pour rentrer chez lui, le vent commençait à souffler et le froid mordant d'une fin d'hivers était encore présent cette nuit là, mieux valait retourner dormir dans un lit douillet que de rester dehors à se peler les miches. Cependant, Azael n'avait pas de chez lui à proprement parlé, puisqu'il squattait chez Chrissie, et laisser la jeune femme seule dans le noir sur le bitume humide n'était pas plus envisageable que de la laisser aux bras de types louches.

- Qu'est-ce que j'ai fais pour mériter ça ! S'écria soudain l'arnaqueur en s'adressant au ciel, sans véritablement attendre une réponse d'un esprit supérieur. Il soupira de plus belle et vint s'asseoir aux côtés de Chrissie. L'énervement laissait place à la fatigue et à la triste réalité d'une Chrissie bourrée et délirante tout contre lui.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.   Mar 1 Avr - 23:51



Flame & Shadow


▬ Lamentable...

Complètement étalée par terre, Chrissie ne parvint pas à saisir les propos que marmonnait Azael du haut ce qui semblait être aux yeux de la jeune femme un perchoir immense mais qui n'était en réalité que les jambes du magicien.

▬ Quoiiiii ?

Sa voix enraillée par l'alcool et incroyablement aigüe arracha une grimace à la restauratrice d'artefacts celtiques du musée. Az avait baissé les yeux dans sa direction mais, bizarrement, il ne semblait pas ressentir la bonne humeur ambiante qui rayonnait dans le bar autant qu'elle pouvait le faire... Pourtant tout le monde était content autour d'eux, la preuve : les hommes autour se faisaient de gros câlins ! Enfin... Ils dansaient un slow un peu rapide... & changeaient de cavaliers quand leur partenaire s'écroulait par terre après avoir poussé un "ouch !" retentissent... C'était plutôt bizarre comme danse, à vrai dire, et Chrissie était sur le point de demander à son arnaqueur préféré s'il la connaissait quand ce dernier coupa net la rouquine dans son début de balbutiement :

▬ Ok, c'est bon ! Reste là à végéter contre ton mur ! Tu me saoules !

Abasourdie par le ton sec que son Zazu venait d'employer, l'ancienne princesse écarquillait tellement les yeux qu'ils ressemblaient à deux grosses billes remplies d'eau. Qu'est-ce qui lui prenait ?!
Sa perception du temps étant complètement faussée par l'ivresse, elle eut l'impression de le voir s'éloigner directement après avoir proféré ses reproches. Elle, de son côté, demeurait figée au sol et incapable de parler... D'ailleurs, à bien y réfléchir, elle avait plus envie de pleurer que de parler, en cet instant précis ! La jeune femme avait cru pouvoir passer une bonne soirée malgré l'absence d'Emilia, idée qui s'était renforcée lorsque le squatteur de son appartement était apparu dans son champ de vision, mais Azael Selis n'était visiblement venu la rejoindre que pour la noyer sous les reproches et s'enfuir juste après avoir craché son venin !

Elle se sentait bafouée et décida donc à pleurer sur l'épaule du premier venu, cela ferait des pieds à l'arnaqueur... D'ailleurs, il arrivait à grands pas dans sa direction, ce premier venu ! Chrissie ne chercha pas à comprendre si sa vision se dédoublait encore ou si le premier venu était accompagné mais elle se laissa hisser sur ses pieds sans rechigner, pesant de tout son poids sur l'épaule de l'un d'eux pendant l'opération... L'opération était périlleuse et les deux clients du bar n'étaient même pas encore parvenu à la faire tenir debout lorsqu'une certaine personne pointa de nouveau le bout de son nez. Azael s'empara de la taille de la jeune femme dans un mélange de rage et de fermeté, ce qui eut pour effet de faire éclore des dizaines de papillons dans le ventre de la rouquine, et aboya sur les "premiers venus" pour qu'ils reculent. Plus chancelante que jamais, l'archère se réjouissait intérieurement du retour du magicien et affichait un sourire benêt sur ses lèvres pulpeuses. Malheureusement, si elle avait pensé pouvoir se reposer sur Zazu, elle dut composer avec le fait que ce dernier l'avait lâchée pour la tirer par le poignet à vive allure en direction de la sortie.

▬ Aïe ! Az, tu me fais mal !

Sans doute l'arnaqueur était-il perdu dans ses pensées car il ne réagit aucunement à la plainte de la rouquine. Tentant tant bien que mal de ralentir la cadence, la jeune femme tirait dans le sens opposé, ce qui ne servait en fin de compte qu'à la faire encore plus souffrir au poignet. Peu lui importait, cela dit, car même si elle avait souhaité partir précipitamment du bar comme Azael la poussait à faire elle en aurait été incapable de par son état d'ébriété avancé. Elle continuait de crier sur l'arnaqueur pour essayer de lui expliquer les raisons de sa lenteur mais aucun mot distinct ne sortait de sa bouche et, de toute manière, le magicien restait sourd à toutes ses revendications, qu'elles soient proférées sur le ton de la colère ou de la supplication.

▬ Bordel Chrissie... Tu pourrais faire un effort !

Ils étaient dehors, à présent, la rouquine pouvait l'attester grâce à la brutale chute de température qui venait de l'assaillir, et ce même si Azael avait eu la prévenance de lui passer son manteau sur les épaules, mais aussi par le bruit atténué par rapport aux décibels du bar et par la privation soudaine des couleurs vives des éclairages du bistrot. Apparemment, Zazu avait décidé de s'arrêter et il relâcha son emprise, ce qui eut pour effet de faire s'effondrer Chrissie sur le trottoir. La chute ne fut pas si violente que cela mais le contact de la pierre froide exacerba la sensation de brusquerie qui l'avait accompagnée. Il suffisait d'ajouter à cela un tête qui tournait plus vite qu'une toupie et l'on pouvait se faire une idée assez fidèle de l'humeur de la rouquine en cet instant précis.

▬ Qu'est-ce que j'ai fais pour mériter ça !

Alors là, Chrissie avait une liste interminable de reproches pouvant répondre à cette question ! Si Azael rêvassait en regardant le ciel, la jeune femme, elle, avait les pieds ancrés dans le sol, et pas que les pieds d'ailleurs... Mais la rouquine aimait autant ne pas penser au moment où elle devrait se relever, craignant que son estomac n'y survive pas, et entama plutôt un discours marmonnant sur un ton irrité et qui n'avait pour d'autre cible que le magicien.

▬ Non mais tu vas voir quand on rentrera... et que tu iras dormir sur le canapé... qui doit faire des efforts... qui va avoir mal au poignet demain quand j'en aurais fini avec toi... on va bien rire... qui va se retrouver sur le trottoir en pleine nuit... ha ha ha !

Ses divagations étaient totalement incompréhensibles, autant dans le fond que dans la forme car la jeune femme ne chuchotait qu'à peine cette bouillie de grommellements... Entre temps, Azael s'était décidé à la rejoindre par terre et c'était presque par automatisme que Chrissie avait pris appui sur lui. Le parfum entêtant sur lequel il abusait parfois, le rythme instable de son cœur sous sa poitrine, le souffle chaud qui apparaissait sous forme de buée dans ses soupirs... Il y avait tant de petits détails chez lui qui étaient devenus familiers à la rouquine, qui s'étaient intégré à son quotidien et qui formaient à présent sa norme, ce en quoi elle pouvait se fier, ce à quoi elle aimait se raccrocher. Pathétique idée que se croire souveraine d'Azael Selis et pourtant, après avoir lutté toute la journée durant pour se convaincre du contraire, l'archère se couchait tous les soirs avec l'intime et inavouable conviction qu'il lui appartenait, au final.

▬ Az... On rentre ?

Étouffant un bâillement, la demoiselle était blottie contre l'arnaqueur, presque recroquevillée. Elle avait froid, elle était fatiguée, et elle ne se sentait pas très bien... Trois bonnes raisons de rejoindre sa couette au plus vite ! Joignant le geste à la parole, la rousse incendiaire tenta tant bien que mal de se mettre debout, chose qu'elle parvint à faire non sans avoir trébuché plusieurs fois et en se rattrapant de justesse sur Azael.

▬ Houla... Je...

"Je crois que je vais vomir !" auraient été ses mots si elle avait eu le temps de les prononcer... À la place, Chrissie rendit la totalité de ses consommations de la soirée sur le pavé, une chance pour l'arnaqueur qu'elle eût le temps de chanceler quelques mètres plus loin et de s'adosser au mur pour ce faire, sinon il aurait eu une très bonne raison de se mettre en colère ! Excédée par sa virée ratée, la jeune femme gémit de mécontentement et lança un regard de chien battu en direction du beau brun. Si elle se sentait un peu moins barbouillée, à présent, elle savait néanmoins que la route était longue jusqu'à l'appartement et elle ne marchait pas encore vraiment très droit...

▬ J'en ai marreeeeee !

Se retenant de pleurnicher encore plus pour ne pas faire fuir Azael, la rouquine s'éloigna promptement des lieux du crime du pas le plus assuré qu'elle le pouvait et commença à déambuler lentement dans la rue. Elle se stoppa net au bout de quelques mètres, réalisant que le magicien ne la suivait pas et la regardait d'un air consterné. Quelques seconde furent nécessaires à l'employée du musée pour se rendre compte qu'elle était partie dans la mauvaise direction, son appartement se trouvant à l'opposé.

▬ Ah oui, c'est vrai...

Toute penaude, la jeune femme rebroussa chemin et passa, tête baissée, devant l'arnaqueur. Elle était vraiment lente dans sa démarche, mettant un point d'honneur à ne pas trébucher malgré ses difficultés à conserver ses idées claires. Visiblement, si Azael supporta de la suivre à cette allure de tortue pendant les premières minutes, sa patiente atteignit ses limites trois rues plus loin car, subitement, Chrissie se sentit soulevée du sol ! Se cramponnant du mieux qu'elle le pouvait à l'ancien sorcier, la jeune femme finit par s'habituer aux secousses que la démarche pressée du magicien lui faisait subir et, au final, elle ne vit pas le chemin du retour passer, si on omettait la tension palpable qui régnait entre les deux jeunes gens. Arrivés à destination, Azael reposa la rouquine sur le sol et elle entreprit alors de farfouiller dans les tréfonds de son sac à la recherche de son trousseau de clefs. L'opération fut laborieuse et, une fois cette bataille remportée, la prochaine épreuve se profila à l'horizon : il lui fallait désormais déverrouiller la porte.

▬ Roooh... Qui a changé la serrure ?!

Inconsciente du vacarme qu'elle faisait, elle finit par se tourner vers son chevalier servant. Cet échec cuisant face à la porte avait achevé de l'énerver et ce fut sur un ton sans doute un peu trop sec qu'elle raviva la flamme de la discorde :

▬ Tu pourrais pas m'aider ?!

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.   Mar 8 Juil - 23:54



I punish you with pleasure and pleasure you with pain


Dans les contes de notre enfance, il existait des chevaliers en armure, capables de terrasser des dragons avec force et courage, mais aussi des princes élégants, prêts à affronter tous les dangers au nom de l'amour et du coeur, et puis il y avait les autres, la vermine, ceux qui erraient sans âme ni code d'honneur, ceux qui vendraient père et mère pour un peu de pouvoir et de gloire. Exactement le genre de fréquentation qu'une véritable princesse devait éviter ! Comble de malchance pour l'ancienne Mérida, héritière du trône de son propre royaume, la malédiction de Regina l'avait poussée dans les bras impitoyables de ce genre d'individu, un sorcier sans principe ni dignité. Un homme affreusement compliqué, plein de contradictions et dont les seules préoccupations ne dépassaient jamais le seuil de lui-même....Jusqu'à maintenant du moins...Voilà, encore quelque chose que la malédiction n'avait pas pu prévoir, que le méchant sorcier développe des sentiments à l'égard de la jolie princesse, que ce coeur si froid fonde peu à peu à son insu, et que de cette union bancale, naisse probablement un amour irrationnel, fragile et profond à la fois, complexe surtout, fait d'ombres et de lumière...Un amour qu'aucun conte ne pourrait narrer !

▬ Non mais tu vas voir quand on rentrera... et que tu iras dormir sur le canapé... qui doit faire des efforts... qui va avoir mal au poignet demain quand j'en aurais fini avec toi... on va bien rire... qui va se retrouver sur le trottoir en pleine nuit... ha ha ha !

Le dénommé Azael lança un regard en coin à la jeune femme qui venait de bredouiller ce discours confus et inintelligible. Seul son petit rire cynique arracha un froncement de sourcil curieux à l'ex sorcier vaudou. C'était indiscutable, Chrissie McAllister n'avait rien d'une princesse à cet instant précis, elle était aussi saoule qu'un Sebastian à sa dixième chope de rhum et son attitude tapait grandement sur les nerfs, rarement sollicités, de l'égocentrique monsieur Selis. Assis sur le trottoir, aux côtés de la rouquine, il pesait toujours le pour et le contre quand à sa présence auprès d'elle dans de telles circonstances. Néanmoins toutes ses réflexions de parfait connard insensible se soldaient par la même conclusion : il était trop tard pour faire machine arrière et l'abandonner à son sort dans ces rues sombres, alors qu'il venait de la tirer de force d'un endroit bien moins dangereux. Il n'y avait rien à faire, si Chrissie refusait de bouger, il ne pouvait qu'attendre avec elle que l'envie de rentrer pointe son nez, ou attendre tout simplement qu'elle s'endorme sur ce foutu trottoir pour la ramener au bercail. L'homme avait assez d'expérience pour savoir qu'il ne fallait jamais contredire un ivrogne, ou dans ce cas précis, une ivrognesse extrêmement bruyante.

L'arnaqueur se prit la tête entre les mains et s'arma de toute la patience dont il était capable. Très vite, il sentit la jeune femme glisser tout contre lui et ce bref contact eu tôt fait de l'adoucir quelque peu. Avec indulgence, il passa son bras autour des épaules de sa belle, pour la protéger du froid et la calmer, tout en gardant une mine impassible. Azael était un homme rancunier, qu'il était difficile d'amadouer, et comme jusqu'à preuve du contraire Chrissie ne cachait pas de part de pizza aux quatre fromages sous sa jupe, il lui faudrait bien plus qu'un simple contact pour le dérider. Les minutes passèrent ainsi, longues et silencieuses, jusqu'à ce qu'une petite voix les arrêtent.

▬ Az... On rentre ? Lui demanda sa petite amie à moitié groggy. Relevant la tête pour mieux l'observer, Azael poussa un petit soupire de soulagement. Il était temps !

- D'accord ! Répondit-il d'une voix calme et posée. A croire que la rouquine venait presque de se faire pardonner avec ces quelques mots. C'était sans compter sur la suite des évènements qui ravivèrent d'un seul coup ce mélange de colère et de dépit que le magicien avait pu ressentir quelques minutes auparavant.

- 'Manquait plus que ça...! Grogna-t'il tout en se relevant d'un bond en voyant une Chrissie, debout et chancelante, prise d'un haut-le-coeur et rendre tout l'alcool consommé quelques mètres plus loin. Formidable ! Cette soirée se passait de mieux en mieux ! Il ne manquait plus qu'elle fasse un malaise sur le bitum et la boucle était bouclée.

▬ J'en ai marreeeeee ! Pleurnicha l'ivrogne. Cependant, ses grands yeux de biches larmoyants n'arrivaient pas à remplir d'empathie le coeur du beau brun. Elle avait voulu jouer, elle avait perdu, cet incident n'était qu'un faible prix à payer pour tout ce qu'elle lui faisait endurer.

*C'est moi qui en ai marre...* Pensa Azael en la suivant du regard. Miss McAllister commença à s'éloigner en titubant tel un pigeon pas frais qui aurait percuté une vitre..dans le mauvais sens qui plus est, puisque leur foyer se trouvait à l'opposé du chemin qu'elle empruntait. Az' resta de marbre et croisa les bras sans bouger avant de la revoir passer devant lui, honteuse et tête baissée. Ce spectacle faillit décrocher un sourire moqueur au jeune homme qui se retint tout de même, et s'abstint de tout commentaire, riant de l'intérieur comme le parfait petit démon qu'il était.

Il laissa Chrissie batailler un moment en marchant quelques pas derrière elle, histoire d'arriver à temps pour la secourir si elle finissait par s'entraver avec ses pauvres pieds qui se croisaient de façon dangereusement aléatoire. Malgré tout, sa patience avait des limites et il abandonna vite son attitude pour venir se saisir de la rouquine et la hisser sur son épaule tel un sac à patate. Après une marche interminable et plus éreintante qu'il ne l'avait pensé, ils arrivèrent enfin devant l'immeuble de la jeune femme qu'il s'empressa de déposer par terre. L'ex-sorcier afficha une grimace de douleur lorsqu'il étira ses muscles endoloris par le voyage.

▬ Roooh... Qui a changé la serrure ?! Hurla presque la restauratrice du musée de la ville en tentant d'enfoncer la mauvaise clé à côté de la dite serrure.

- Chrissie... Murmura faiblement Az' sur un ton désabusé. Ton qui n'avait pas plu à la demoiselle puisqu'elle lui répondit sèchement:

▬ Tu pourrais pas m'aider ?!

Il n'en fallut pas plus à Azael pour la fusiller du regard et raviver en lui une colère noire et amer. Celle de la jalousie, de la peur et du mépris de lui-même.

- TU TE FOUS DE MOI ? Je n'fais que ça depuis des heures ! Si t'es pas contente tu n'as qu'à dormir dehors ! C'est ce qu'il se serait passé si je n'étais pas venu te chercher ! A moins que tu ne préfères dormir CHEZ L'UN DE CES TYPES ? Gueula-t'il d'un seul coup aussi fort qu'elle. Et...Bordel, file moi ces clés ! Azael cacha sa rage derrière un masque d'indifférence et de dureté incroyable tout en arrachant le trousseau des mains de Chrissie. Elle voulait la guerre, elle venait de l'avoir, de façon assez spectaculaire et drastique ! Jamais encore Azael ne s'était autant énervé de la sorte !

La serrure n'a pas bougé c'est toi qui est complètement pétée ! Ajouta-t-il dans un grognement. D'un geste il ouvrit la porte et poussa Chrissie dans le hall d'entrée. Il la traina sans un regard pour elle jusqu'à l'ascenseur. Une fois à l'intérieur, un silence de plomb les accompagna durant tout le trajet jusqu'au quatrième étage. Azael resta appuyé contre la paroi, le regard vers le plafond, les bras croisés, incapable d'expliquer les émotions qui semblaient avoir totalement pris possession de son être.

Ce fut dans cet atmosphère électrique qu'ils parvinrent jusqu'au loft de l'héritière. Une fois à l'intérieur, la chaleur de l'immense pièce principale s'engouffra sous leurs manteaux et Azael amorça un mouvement pour aider Chrissie à se débarrasser du siens mais n'osa pas aller jusqu'au bout de son geste, embarrassé par ce malaise qu'il venait de créer entre eux.

- Tu...tu devrais prendre une douche, ça te ferait du bien ! Dit-il alors sur un ton beaucoup plus neutre avant d'enfin risquer un regard vers ce visage qui le hantait à chaque seconde de sa nouvelle vie.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.   Mer 9 Juil - 18:31



Flame & Shadow


Après un long périple dans les rues désertes et froides de la ville, au beau milieu de la nuit, la rouquine bourrée et son presque-chevalier servant touchaient enfin au but : ils se trouvaient devant leur immeuble. Plus que quelques mètres à arpenter et Chrissie pourrait aller ronfler tranquillement dans son lit ! Enfin... À condition qu'elle parvienne à faire rentrer cette foutue clef dans cette saleté de serrure !

▬ Chrissie...

Azael, que l'archère avait oublié depuis le moment où elle s'était concentrée sur l'ouverture de la porte, se rappela à son esprit par ce soupir à moitié blasé. Du coup, la belle réalisa qu'il rstait passivement là, derrière elle, tandis que la jeune femme se battait contre cette foutue porte ! Irritée, elle ne manqua pas de faire savoir au magicien qu'elle n'appréciait pas du tout cette passivité... Ce qu'elle aurait peut-être du s'abstenir de faire, au final.

▬ TU TE FOUS DE MOI ? Je n'fais que ça depuis des heures ! Si t'es pas contente tu n'as qu'à dormir dehors ! C'est ce qu'il se serait passé si je n'étais pas venu te chercher ! A moins que tu ne préfères dormir CHEZ L'UN DE CES TYPES ? Et... Bordel, file moi ces clés !

Abasourdie, la rouquine laissa l'ancien sorcier lui prendre le trousseau des mains et ouvrir la porte en un rien de temps. Elle ne l'avait jamais vu s'énerver comme ça sur elle. Sans doute le taux d'alcoolémie somme toute toujours important dans son sang accentua son ressenti mais Chrissie se sentit subitement envahie par la honte et se recroquevilla sur elle-même, les yeux rivés sur le sol.

▬ La serrure n'a pas bougé, c'est toi qui es complètement pétée !

Elle se laissa pousser à l'intérieur par son squatteur d'appartement mais ne desserra pas les dents. Les paroles qu'avaient prononcées Zazu au pied de l'immeuble tournaient dans sa tête. Petit à petit, son esprit embrumé en isolait certaines parties et en tirait certaines conclusions qui ne lui plaisaient guerre. Pendant ce temps, Azael l'avait engouffrée dans l’ascenseur et, bientôt, tous deux se retrouvèrent à la maison. Chrissie avait relevé la tête deux ou trois fois pour lancer des regards en coin à son sauveur lorsqu'ils montaient les étages, mais l'attitude de ce dernier en disait long sur ce qu'il pouvait penser d'elle à ce moment précis. Il avait tout simplement évité tout contact avec elle, que ce soit physique, visuel ou de parole !

Dans l'appartement, la chaleur semblait presque étouffante pour la restauratrice de musée ivre qu'était Chrissie. Mais ce n'était pas tant la température de la pièce qui rendait l'atmosphère aussi pesante, c'était plutôt le silence insoutenable que lui faisait endurer Azael. Se plaçant un peu en retrait par rapport à lui, elle eut tout le loisir de constater que le jeune homme ne semblait pas avoir perdu sa colère, et cela suffit à faire monter les larmes aux yeux de l'héritière McAllister. Ça et... l'alcool qui se réchauffait dans ses veines !

▬ Tu... Tu devrais prendre une douche, ça te ferait du bien !

Le ton d'Az n'était plus aussi dur qu'auparavant mais demeurait malgré tout distant. Lorsque le jeune homme se retourna vers la rouquine, cependant, il eut face à lui le spectacle ridicule d'une Chrissie en train de verser des larmes silencieuse, le visage grimaçant de sanglots, une main tragiquement tendue vers lui.

▬ Bouuuhouuuh... Zazu tu... Tu m'aimes pluuuuuuus !

On comprenait à peine les paroles de l'ex-princesse, les mots se perdants dans ses sanglots saccadés. Jamais, en temps normal, elle n'aurait formulé une telle phrase, mais l'alcool faisait perdre le sens des précautions aux plus prudents d'entre nous. En effet, même si la jeune femme sentait bien que ses sentiments vis-à-vis du magicien se précisaient de jour en jour, elle se gardait toujours bien d'évoquer le sujet ! Elle ne connaissait que trop bien le cousin de Luz pour savoir qu'il n'y aurait pas de meilleur moyen de le faire fuir que d'aborder les questions épineuses des relations amoureuses, de tenter d'officialiser ce qui se passait entre eux. Ce soir-là, cependant, dans la panique de le voir si colérique et l'ivresse du moment, cela lui avait complètement échappé et elle ne s'en était pas du tout rendu compte.

▬ Tu... Tu dis que... Qu'je veux dormir chez un type... Bouuhouuuhouuuh... Je veux pas d'autre type m... moi !

Et voilà comment Chrissie foutait en l'air des semaines de silence intentionné sur ce qu'elle voulait vraiment voir arriver entre Azael et elle. Une chance pour elle, au final, qu'elle soit trop ivre pour réaliser ce qu'elle disait ! Dans un geste tragique, elle laissa son manteau tomber sur le sol, descendit du haut de ses escarpins et se dirigea vers la salle de bain d'un pas titubant. Le pire, c'est qu'elle n'avait pas entendu le conseil de Zazu par rapport à la douche, absorbée comme elle l'était par son immense tristesse... Toujours était-il qu'elle marcha plus ou moins droit jusqu'à la salle de bain, y entra et claqua la porte derrière elle. Enfin... Elle crut qu'elle l'avait fermée, mais le fait était qu'elle n'avait tout simplement pas poussé assez fort et que le battant avait pitoyablement rebondit contre l'encadrement de la porte, demeurant entrebâillé. Doucement, la jeune femme entreprit de se déshabiller tout en marmonnant pour elle-même.

▬ ...tellement nul... cette stupide jupe, trop serrée !!

Oui, retirer ses vêtements en état d'ivresse n'était pas chose aisée ! Au bout de nombreuses minutes d'efforts et de protestations, la rouquine parvint cependant à se débarrasser de toute trace de tissu de son corps et poussa un long soupir de soulagement. Enjambant le rebord de la baignoire, elle failli perdre l'équilibre mais se retint de justesse contre la paroi de faïence. Sans plus attendre, elle saisit le pommeau de douche et tourna le robinet.

▬ HIIIIIIIIIIIIIII !

L'eau était froide, ce que la belle avait totalement oublié de prévoir. En effet, il fallait laisser le temps au mécanisme de réchauffer le liquide quelques secondes avant de pouvoir profiter de sa douche mais, bourrée comme elle l'était, Chrissie avait omis ce détail ! Ainsi, lorsque sa peau veloutée entra en contact avec l'eau glacée, elle fit un bond en arrière ce qui, avec son sens de l'équilibre faussé par l'alcool, ne manqua pas de la faire tomber sur les fesses dans la baignoire.

▬ Bouuuuuhouuuuh... Ça fait maaaal...

La jeune femme versa de nouveau quelques larmes en se frottant la fesse : tomber sur de la faïence froide et dure n'avait jamais été quelque chose de très agréable !

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.   Sam 12 Juil - 23:55



I punish you with pleasure and pleasure you with pain


. C'était une nuit pleine de rebondissements qu'ils venaient de vivre tous les deux. Ou plutôt, le magicien venait de subir cette soirée, tandis que Chrissie l'avait sans doute plutôt bien vécue, du moins, jusqu'à leur arrivée devant l'immeuble et leur entrée tumultueuse dans l'appartement. À présent, l'égocentrique Azael se sentait un peu coupable par rapport aux propos vifs et colériques qu'il avait tenu dans le hall. Il n'était pas habitué à hausser le ton de cette façon, surtout sur Chrissie, qui, en temps normal, lui aurait sans aucun doute rabattu son caquet. Hors l'alcool n'aidait pas la jeune femme à tenir tête à l'arnaqueur, qui profitait sans doute de cet état pour affirmer un peu plus son emprise sur elle. Néanmoins, fait exceptionnel à écrire dans les anales de la mairie de Storybrooke, Az' éprouvait des remords et comptait bien rompre le malaise qui s'était installé entre eux afin qu'ils oublient à jamais cette soirée. En voilà une bonne idée ! Ils allaient dormir et faire comme si de rien n'était...Peut-être Az' s'amuserait à culpabiliser Chrissie le lendemain matin, puisqu'elle aura sans doute tout oublié, mais il ne parlerait jamais de sa conduite de goujat jaloux à lui, ça c'était certain !

Au moment même où il se tourna dans l'intention de faire part, à sa façon, de ses regrets à la jolie rousse. Il marqua une pause de stupéfaction. Chrissie se tenait devant lui, silencieuse, les joues ruisselantes de larmes, la main en avant dans une position des plus dramatiques, les lèvres grimaçantes de désespoirs. Un peu plus et Az' faillit reculer d'un pas, abasourdi face à ce spectacle grotesque. L'ancien sorcier ne bougea pas néanmoins, et laissa l'un de ses sourcils marquer un arc, soulignant toute la perplexité dans lequel il venait de sombrer.

- Euh...Commença t'il en jetant un regard inquiet autour de lui, comme s'il cherchait une aide imaginaire.

▬  Bouuuhouuuh... Zazu tu... Tu m'aimes pluuuuuuus !

Voilà ! La machine était lancée, des mots, ponctués d'énormes sanglots, sortaient en vrac de la bouche de l'héritière McAllister. Jamais il n'avait vu Chrissie dans un tel état. Et la culpabilité le submergea entièrement. Il y était allé un peu trop fort avec elle, peut-être aurait-il dû user de cette chose que l'on nommait "compassion". L'ex sorcier soupira de lassitude, il n'était vraiment pas doué pour consoler les gens, et les rares fois où il avait mis son indifférence de côté pour tenter de soutenir quelqu'un, il avait empiré la situation. Mais cette fois, c'était Chrissie face à lui, il se devait de tenter quelque chose car personne ne viendrait voler à son secours...Même si l'idée d'appeler Luz en inventant un prétexte bidon pour qu'elle rapplique lui avait vaguement effleuré l'esprit !

- Quoi ? Mais bien sûr que si je t'ai...de qu'...que...qu'est-ce que je raconte moi ? Baragouina le beau brun tout en s'approchant de la jeune femme pour qu'elle arrête de pleurer. À mille lieux de la colère qui ne l'avait pas lâchée depuis son entrée au Rabbit Hole, Azael posa une main rassurante sur l'épaule de Chrissie.

▬ Tu... Tu dis que... Qu'je veux dormir chez un type... Bouuhouuuhouuuh... Je veux pas d'autre type m... moi !

Ces paroles furent comme un électro-choc pour Az', qui éloigna sa main de surprise. Il fixa la rouquine sans vraiment la voir et quelque part, au coin de ses lèvres, un petit rictus niais se dessina....le sourire de ceux qui viennent de comprendre que leurs sentiments étaient partagés. Au fond de son être, le brasier de la jalousie s'éteignit d'un coup. Et même si ces mots étaient ceux d'une alcoolique hystérique, leur porté semblait puissante et sincère. Pour descendre de son petit nuage écœurant de sentimentalisme, le magicien secoua la tête, tentant de chasser ce sourire débile de son visage, en vain. Un pouffement de rire guilleret l'accompagna même, imaginant la tête que ferait la jeune femme lorsqu'il lui répondrait que pour lui aussi il n'y avait personne d'autre qu'elle ou un truc du genre...Il s'imaginait prendre un regard charmeur comme dans ces films français des années 50, que sa cousine et lui regardaient parfois, et répondre, "T'as de beaux yeux tu sais..." ou encore reproduire la scène où l'héroïne lâchait un "Je t'aime" et que le héros, donc lui en l’occurrence, répondrait "je sais". C'était trop classe ! Perdu dans ses pensées délirantes, il reprit néanmoins contenance et balbutia à la place de toutes ses grandes idées géniales, un faible et pathétique :

- Chrissie...Moi non plus je...

SAUF que la rouquine en question lui tournait déjà le dos et disparaissait en zigzaguant jusqu'à la salle de bain. Argghhhh....Azael serra les dents de vexation, lui qui avait été à deux doigts de lui balancer quelque chose de...gentil ! Elle venait de passer à côté de sa PLUS GRANDE CHANCE ! Ouais...c'était certain ! Elle pouvait crever avant qu'il n'ose repenser à lui dire un truc pareil...tss...comme s'il était le genre de mec qui exprimait ses sentiments. Beurk  ! L'ancien sorcier vaudou grimaça et se laissa tomber sur le lit pour retirer ses chaussures, épuisé, contrarié et extrêmement....déçu....

Tandis qu'il balançait d'énervement ses chaussures contre la porte d'entrée, il risqua un regard vers celle de la salle de bain où se trouvait Chrissie. De là où il était, il pouvait apercevoir la rouquine ivre se déshabiller de façon aléatoire et cocasse. Ce genre de scène n'avait rien de sexy ou de glamour, néanmoins, une fois nue, il n'en fallut pas plus à Azael pour retrouver le sourire en appréciant les courbes de sa compagne. Un nouveau sourire fit son apparition mais une petite voix dans sa tête lui conseilla de rester tranquille, Chrissie n'était pas en état d'assouvir ses désirs de pervers ce soir. L'homme soupira alors de désespoir. Trop c'était trop! Quelle soirée pourrave ! Et il s'allongea complètement sur le lit, avant de cacher sa tête sous un coussin en priant pour mourir asphyxier par ce dernier avant que la jeune femme ivre ne vienne se frotter contre lui cette nuit.

C'est alors qu'un cri retentissant le fit sursauter et l'obligea à sortir d'un bond du lit pour courir jusqu'à la salle d'eau.

- CHRISSIE ? S'écria-t'il inquiet en entrant sans plus de cérémonie dans la pièce. Le spectacle qui s'offrit à lui était aussi affligeant que divertissant. L'ancienne archère du royaume de Fergus était étalée nue dans la baignoire. Apparemment, elle avait dû glisser en ouvrant le robinet.

▬ Bouuuuuhouuuuh... Ça fait maaaal... Se plaignit-elle en se massant la fesse. Azael se retint d'éclater de rire et se pencha au dessus de la baignoire en lui tendant une main secourable.

- C'est pas vrai ! Ca va ? T'as vraiment mal ?Lui demanda-t'il avec une inquiétude sincère avant de constater qu'elle n'avait rien de cassé mais que ce fait ne l'empêchait pas de pleurer comme une madeleine.

Après avoir levé les yeux au ciel, blasé, l'arnaqueur se pencha un peu plus pour soulever Chrissie et l'aider à se relever. Mais à cause du peu de bonne volonté qu'elle mettait dans ses gestes maladroits, il se sentit peu à peu glisser en avant.

- Attends, redresse toi un peu que...HAAAA ! CHRISSIE ! Hurla-t'il avant de tomber à la renverse à son tour dans la baignoire. Le corps au dessus de la jeune femme, il avait tout juste eu le temps de se rattraper pour ne pas entièrement l'écraser. Les vêtements partiellement trempés par le jet d'eau tiède qui continuait de couler, Azael grimaça, énervé avant de jeter un oeil à la jeune femme qui éclata à nouveau en sanglots.

- Non, non...pleure pas, chut ! C'est bon, je suis là ! Chuut...Se dépêcha-t'il de lui dire tout en les redressant tous les deux en position assise, attirant Chrissie contre lui dans un élan de panique mêlée à une tendresse qu'il ne pensait pas posséder. Azael berça son amie durant de longues minutes en silence, rassuré d'entendre sa respiration se calmer peu à peu et les sanglots diminuer à leur tour. C'était plus simple qu'il ne l'aurait cru au final ! Un léger sourire satisfait étira ses lèvres. Peut-être était-il temps de lui présenter ses excuses...de toutes façons, demain matin, elle les aurait sans doute oubliées.

- On peut dire que c'était Ta soirée ! Écoute....Désolé pour...tout ça ! Je suis un crétin et tu me rends fou...je n'arrive pas à...tu sais...Pfff....

C'était confus dans sa tête et embarrassant à exprimer, même à une fille ivre et tremblotante. Comment lui dire qu'aussi incroyable que celui puisse être, il ressentait quelque chose de spécial pour elle, quelque chose qu'il n'avait jamais compris auparavant. Il lui avait fallu des mois pour toucher du doigt la cause de tout ses maux...jusqu'à aujourd'hui. La jalousie, la dépendance, ce n'étaient que des conséquences de ce qui animait son coeur, son âme...et même si ce n'était qu'un début, les premières notes calamiteuses de leur histoire, il savait que ce sentiment était réciproque et qu'au fond d'elle, Chrissie se torturait autant que lui. Cette pensée le fit sourire de plus belle et alors, il pencha doucement la tête vers son oreille, enfouie son visage dans le cou de la jolie rousse et murmura pudiquement quelques mots impossible à libérer en la sachant sobre.

- Je t'aime !




Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.   Dim 13 Juil - 1:45



Flame & Shadow


Azael avait accouru dans la salle de bain lorsque Chrissie était tombée dans la baignoire, ce qui, mine de rien, fit plaisir à la rouquine : il n'était peut-être pas aussi indifférent qu'il le faisait croire, après tout ! En tout cas, le contact de l'eau et de la faïence sur la peau nue de l'archère contribuait peu à peu à lui remettre les idées en place... Enfin, si son esprit se désembuait enfin, ce n'était pas tout à fait la même chose pour son corps ! En effet, toujours sous l'effet de l'alcool, les membres de la rouquine ne répondirent pas exactement comme elle l'aurait voulu quand le magicien se pencha au-dessus d'elle pour l'aider à se redresser.

▬ HAAAA ! CHRISSIE !

Tombant à la renverse sur elle, Zazu avait hurlé ces mots, accompagnant le tout d'un regard furieux... Il n'en fallut pas plus à l'ancienne princesse pour éclater en sanglots : elle n'avait pas du tout envie qu'il s'énerve à nouveau contre elle ! Ses nerfs à fleur de peau ne pouvaient pas supporter un nouvel assaut belliqueux du brun ténébreux, aussi le torrent de larmes fit son grand retour dans les prunelles bleu azur de Chrissie.

▬ Désolééééée... Bouuhouuuuu...

Ce fut tout ce dont elle fut capable, présenter ses excuses sur un ton pitoyable, entre deux sanglots. C'était un gros chagrin que déclenchait son ivresse et, bientôt, elle se retrouva bien incapable d'arrêter de pleurer. Évidemment, cette situation la faisait se sentir d'autant plus ridicule et honteuse, ce qui ne l'aidait en rien à se calmer...

▬ Non, non... Pleure pas, chut ! C'est bon, je suis là ! Chuut...

En moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, Chrissie se retrouvait assise dans la baignoire, tout contre Azael. Son chevalier servant la serrait tendrement dans ses bras et la berçait doucement, ce qui fit littéralement fondre la jeune femme de bonheur... C'était quelque chose d'assez inédit, entre eux, la tendresse. Petit à petit, elle réussit à calmer ses pleurs, aidée par le rythme régulier des battements de cœur du magicien. L'appartement était redevenu silencieux, à présent, si on omettait le bruit de l'eau coulant le long de la paroi de la baignoire. La rouquine, de son côté, avait fermé les yeux. Non pas par fatigue, mais plutôt pour s'imprégner le plus possible de ce moment.

▬ On peut dire que c'était Ta soirée ! Écoute.... Désolé pour... Tout ça ! Je suis un crétin et tu me rends fou... Je n'arrive pas à... Tu sais... Pfff....

Demeurant accrochée à Azael, la jeune femme écarta néanmoins sa tête du torse détrempé de ce dernier pour mieux scruter son visage. Le magicien avait du mal à lui parler, pourtant il n'y avait aucune trace de lutte dans ses traits, comme si ce qu'il s'apprêtait à lui dire était un fait établi qui n'avait pas lieu de donner naissance à un quelconque souci... Et pourtant, l'ancien sorcier n'arrivait pas à se confier à la rouquine, et cela attisa d'autant plus la curiosité de la restauratrice du musée qui fixait le magicien avec de grands yeux interrogateurs et un peu bouffis par les larmes. C'est alors que le jeune homme se pencha vers elle, son visage disparaissant entre les boucles rousses de sa chevelure.

▬ Je t'aime !

Ce fut comme si le temps suspendait sa course. Ce murmure, elle avait rêvé de l'entendre depuis déjà de nombreuses semaines et constater que, cette fois-ci, Azael avait bel et bien prononcé ces mots dans la réalité laissa la jeune femme en état de choc, du moins pendant quelques secondes. Tandis que le magicien relevait la tête et affrontait son regard, elle sentit son cœur exploser, pile au moment où leurs yeux entrèrent en contact, et elle ne put retenir un éclat de rire cristallin.

Sans ajouter un mot, allant même jusqu'à oublier de répondre à Azael, laissant ainsi passer sa chance de lui affirmer que oui, elle aussi l'aimait, et même bien plus qu'elle ne l'aurait du, elle écourta la distance entre leurs visages pour venir poser ses lèvres sur celles de l'arnaqueur. Le baiser n'avait rien de timide, mais il n'était pas pour autant semblables à ceux qu'ils avaient l'habitude d'échanger. Cette fois-ci, la passion hargneuse de leur échange avait laissé place à l'amour, tout simplement. Chrissie transpirait d'amour pour Azael par tous les pores de sa peau et elle avait enfin la chance de se laisser aller à ce sentiment.

Après cela, les choses s'enchaînèrent assez rapidement : Azael fut démuni de tous ses vêtements, et leur étreinte s'intensifia jusqu'à atteindre son apogée... Plusieurs fois. La baignoire ne fut pas le seul témoin de cet instant de communion suprême entre Azael et Chrissie ; il y eut aussi le canapé et le lit. À bout de force, un pâle rayon de lumière commençait à pointer le bout de son nez lorsque le couple se décida enfin à dormir. Blottie tout contre son Zazu, la rouquine se demandait encore si elle ne rêvait pas, en fin de compte, tandis qu'un sourire béat s'accrochait à ses lèvres pour ne plus les quitter. Finalement, au bout de quelques minutes passées à redessiner du bout des doigts les contours des abdos du magicien, l'héritière McAllister leva les yeux vers le visage de l'arnaqueur et, sans s'en rendre compte, reproduisit le même schéma de conversation qui avait caractérisé leur première nuit en ajoutant simplement :

▬ Je t'aime aussi.

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.   
Revenir en haut Aller en bas
 

« Flame & Shadow. » ▽ Chrizael.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Shaiya Shadow
» Mystic Shadow'
» Renom / Honneur Flame D. Elric
» Shadow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-